Plein écran
© AFP

Un premier cas du mystérieux virus chinois détecté aux États-Unis, 9 morts et 400 cas en Chine

Mise à jourUn homme d’une trentaine d’années a été hospitalisé à Everett, près de Seattle, avec le nouveau coronavirus chinois, ont annoncé mardi les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), confirmant le premier cas aux États-Unis. Il s’agit du dernier pays touché après la Chine, le Japon, la Corée du Sud, la Thaïlande et Taïwan.

L’individu, dont l’identité n’a pas été dévoilée, n’avait visité aucun des marchés d’où ont émané de nombreux cas à Wuhan en Chine, mais avait seulement voyagé dans la région, a déclaré Nancy Messonnier, directrice du centre des maladies respiratoires des CDC, dans une conférence téléphonique avec la presse.

L’homme était arrivé à l’aéroport de Seattle le 15 janvier par un vol indirect depuis Wuhan. Il n’avait pas de symptômes à l’arrivée, mais a contacté de lui-même les services de santé dimanche après l’apparition de symptômes. Un échantillon, transmis aux CDC, a permis de confirmer lundi qu’il était bien contaminé par le nouveau virus, a indiqué Scott Lindquist, épidémiologiste de l’Etat de Washington.

C’est “un homme très malin” qui coopère “complètement”, ont salué des responsables. Il se trouve actuellement au Providence Regional Medical Center à Everett. Son état actuel est bon, a dit Chris Spitters, responsable sanitaire du comté de Snohomish, juste au nord de Seattle.

Les États-Unis ont mis en place vendredi des contrôles dans trois grands aéroports américains (New York JFK, San Francisco et Los Angeles), et vont étendre ces contrôles à Chicago et Atlanta cette semaine, ont annoncé des responsables. Tous les passagers voyageant depuis Wuhan par des vols indirects seront dorénavant obligés d’arriver aux États-Unis par ces aéroports, ont indiqué les CDC.

Le virus pourrait muter et se propager plus facilement, 9 morts et 400 cas en Chine

Le nouveau coronavirus qui frappe la Chine a fait neuf morts au total et plus de 400 cas ont été recensés à travers le pays, ont annoncé mercredi les autorités sanitaires, alourdissant un précédent bilan de six morts et environ 300 cas.

Ce virus, qui se transmet par les voies respiratoires, “pourrait muter et se propager plus facilement”, a indiqué lors d’une conférence de presse le vice-ministre de la commission nationale de la Santé, Li Bin. Il a précisé que le virus avait été diagnostiqué auprès de 440 patients, alourdissant un précédent décompte d’environ 300 cas.

De nombreuses régions du pays sont touchées, y compris des mégapoles comme Shanghai et Pékin. Les autorités redoutent que le virus puisse se propager à la faveur des longs congés du Nouvel an chinois, qui commencent vendredi, et donnent lieu chaque année à des centaines de millions de voyages en car, en train ou en avion dans l’ensemble du pays.

Relayant un appel du président Xi Jinping à “enrayer” l’épidémie, M. Li a annoncé des mesures de prévention telles que ventilation et désinfection dans les aéroports, les gares et les centres commerciaux.

Des détecteurs de température pourront également être installés dans les sites très fréquentés, a-t-il annoncé.

Alors que des cas ont été confirmés ailleurs en Asie, un comité ad hoc de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se réunit mercredi à partir de 19H00 pour déterminer s’il convient de déclarer une “urgence de santé publique de portée internationale”.

L’OMS n’a jusqu’ici utilisé ce terme que pour de rares cas d’épidémies nécessitant une réaction internationale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a ravagé une partie de l’Afrique de l’Ouest de 2014 à 2016 et la RDC depuis 2018. 

La Corée du Nord va se fermer aux touristes

La Corée du Nord va fermer ses frontières aux touristes pour se protéger du coronavirus apparu dans la Chine voisine, a annoncé mercredi une agence de voyage. Plusieurs pays ont renforcé les contrôles aux aéroports en raison de cette épidémie.

La très grande majorité des touristes étrangers en Corée du Nord arrivent de Chine, et leur nombre a augmenté l’année passée en raison d’un réchauffement des relations entre les deux voisins. Un afflux de visiteurs qui est pour le Nord une précieuse source de devises étrangères.

Mais à compter de mercredi, la Corée du Nord “va temporairement fermer sa frontière à tous les touristes étrangers par mesure de précaution face au coronavirus”, a annoncé dans un communiqué l’agence de voyage basée en Chine, Young Pioneer Tours, qui est spécialisée dans les séjours en Corée du Nord.

Elle a ajouté qu’elle ignorait les détails de cette mesure.

Koryo Tours, numéro un des voyages au Nord pour les touristes occidentaux, a dit être “informé de ce que des mesures étaient envisagées”, en précisant attendre de plus amples informations mercredi.

Le virus chinois décelé à Macao, les employés des casinos contraints à porter un masque

La région semi-autonome chinoise de Macao a fait mercredi état d’un premier cas du coronavirus apparu en Chine et ordonné à tous les employés de ses casinos de porter un masque, pour endiguer l’épidémie.

Seule zone en Chine où les jeux d’argent sont autorisés, l’ex-colonie portugaise attire chaque année des millions de touristes de Chine continentale. Et avec le début dans quelques jours des vacances du Nouvel an lunaire, la ville située de l’estuaire de la Rivière des Perles se prépare à un afflux de visiteurs.

Mercredi, les autorités macanaises ont annoncé un premier cas confirmé du virus, décelé chez une femme d’affaires de 52 ans qui était arrivée dimanche en train en provenance de la ville voisine de Zhuhai.

“Une série de tests ont montré qu’elle était positive au coronavirus et qu’elle présentait des symptômes de pneumonie”, a déclaré aux journalistes le chef du département macanais de la Santé, Lei Chin-lon.

Cette dame était descendue au New Orient Landmark Hotel avec deux amis qui sont sous surveillance médicale depuis son hospitalisation mardi.

La secrétaire macanaise aux Affaires sociales et à la Culture, Ao Ieong Iu, a indiqué que les employés de tous les casinos devraient porter des masques, tandis que toutes les personnes entrant dans la ville en provenance de Chine continentale auraient un questionnaire médical à remplir.

“Nous n’interdisons pas aux groupes de touristes de Wuhan de venir, mais nous ne les encourageons pas non plus”, a-t-elle dit. “Nous demandons à toutes les agences de voyage de nous signaler les groupes arrivant de Wuhan”. 

L’homme à l’isolement en Australie n’est pas atteint du virus

Des analyses ont permis d’établir qu’un homme placé à l’isolement à son domicile de Brisbane, dans l’est de l’Australie, n’était en fait pas porteur du nouveau virus chinois, ont annoncé les autorités australiennes.

Le cas de cet homme était considéré comme suspect car il présentait des difficultés respiratoires, alors qu’il était récemment rentré de Wuhan. Un porte-parole des autorités sanitaires de l'État du Queensland a indiqué que les analyses avaient établi qu’il n’était pas porteur du nouveau coronavirus.