Plein écran
Jean-Claude Juncker © AFP

Un report du Brexit? “Un non-sens historique de refuser”

BrexitLe président sortant de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a estimé dimanche qu'il serait judicieux d'accepter une demande de report du Brexit dans le cas, improbable selon lui, où le gouvernement britannique ferait une telle requête.

"Si les Britanniques demandaient du temps supplémentaire, ce qu'ils ne feront sans doute pas, ce serait de mon point de vue un non-sens historique de le leur refuser", a déclaré M. Juncker dans un entretien dimanche avec le quotidien autrichien Kurier.

"Mais je ne me mettrais certainement pas à genoux pour leur demander plus de temps. C'est l'affaire des Britanniques", a ajouté le chef de l'exécutif européen dont le mandat doit s'achever fin octobre.

Citation

"Comparé au parlement britanni­que, un sphynx égyptien est un livre ouvert”

Jean-Claude Juncker

Un sommet européen prévu pour les 17 et 18 octobre est présenté comme celui de la dernière chance pour éviter une sortie du Royaume-Uni de l'UE sans accord le 31 octobre ou pour un troisième report prolongeant l'incertitude sur la voie que suivra ce pays après 46 ans dans le giron européen. 

M. Juncker a ajouté être dans le flou total quant aux intentions qu'aura le Premier ministre britannique Boris Johnson lorsqu'il rencontrera ses homologues européens cette semaine."Comparé au parlement britannique, un sphynx égyptien est un livre ouvert", a-t-il commenté.

Toute demande de report du Brexit devra être approuvée à l'unanimité des autres Etats membres de l'UE. A cet égard, M. Juncker s'est dit satisfait de l'unité qui avait pu être maintenue au sein des 27 sur la Brexit, au prix d'un "travail quotidien" en ce sens.