Plein écran
© belga

Un retour au Tibet du dalaï-lama pas d'actualité

La Chine a conseillé mercredi au dalaï-lama d'abandonner ses visées "séparatistes" plutôt que d'envisager un hypothétique retour en Chine et en particulier au Tibet, région que le chef spirituel tibétain n'a pas revue depuis 1959.

"Notre position sur le dalaï-lama est claire et inchangée: plutôt que d'envisager son soi-disant retour au Tibet, il ferait mieux de renoncer à ses prises de position et agissements séparatistes", a déclaré Hong Lei, porte-parole de la diplomatie chinoise.

Le dalaï-lama avait annoncé la semaine dernière avoir des "contacts informels" avec la Chine afin d'y faire un pèlerinage historique, après plus d'un demi-siècle en exil en Inde.

"Récemment, des responsables chinois, par exemple le secrétaire-adjoint du Parti de la région autonome du Tibet, ont mentionné la possibilité de ma visite dans le cadre d'un pèlerinage vers un lieu saint", la montagne Wutai, dans la province du Shanxi (nord), avait-il dit lors d'un entretien à Dharamsala (nord de l'Inde), où il vit. "Ce n'est pas finalisé, pas encore, mais l'idée est là", avait-il poursuivi.

Le chef spirituel tibétain s'est par ailleurs félicité des récents propos du président chinois Xi Jinping sur l'importance du bouddhisme dans la société chinoise.

Pékin accuse le dalaï-lama de lutter pour l'indépendance du Tibet, même si le chef spirituel des Tibétains se borne à prôner davantage d'"autonomie culturelle" pour sa région.

La Chine s'oppose depuis des décennies à son retour au Tibet ou qu'il soit accueilli à l'étranger, en particulier par des responsables officiels.