Plein écran
Capture d'écran. © Twitter

Un scientifique mettait déjà en garde contre le réchauffement climatique en... 1896

En 1896 déjà, un scientifique mettait en garde contre les probables effets néfastes des émissions de CO2, avance lundi le comité Nobel sur Twitter. Svante Arrhenius fut le premier à quantifier la responsabilité du CO2 dans l'effet de serre, dans un article paru dans le Philosophical Magazine and Journal of Science. Il y faisait même des spéculations sur le fait que des variations de concentrations de CO2 dans l'atmosphère pourraient avoir une influence sur d'éventuels changements climatiques à long terme.

Svante Arrhenius (1859-1927) n'y détaille pas beaucoup plus le fait que brûler des combustibles fossiles aurait pour effet un réchauffement de la planète mais il était déjà conscient en 1896 que ces combustibles pouvaient potentiellement entraîner une émission significative de CO2.

Ce biologiste et chimiste suédois avait obtenu en 1903 le prix Nobel de Chimie pour ses travaux sur la théorie dissociative électrolytique.