Un “SOS” vu du ciel de Hong Kong

Des dizaines de manifestants pro-démocratie étaient retranchés mercredi pour la quatrième journée d'affilée sur un campus de Hong Kong, où un gigantesque "SOS" a été tracé.

L'Université polytechnique de Hong Kong (PolyU), sur la péninsule de Kowloon, est le théâtre de la plus longue et violente confrontation entre manifestants et forces de l'ordre depuis le début de la mobilisation en juin. 

Les réserves d’eau et de nourriture diminuent

Depuis dimanche, les protestataires ont accueilli les tentatives pour les déloger par des jets de cocktails Molotov et de briques. La police a averti qu'elle ferait usage de balles réelles si elle était attaquée avec des armes létales, alors qu'un policier a été blessé par une flèche.

Des manifestants à l'intérieur de la PolyU ont estimé leur nombre à une cinquantaine, alors que leurs conditions de vie dans le campus se détériorent. Un immense "SOS" a été tracé à l'aide de vêtements dans une cour de l'université. Un manifestant de 20 ans se présentant sous le nom de "Ken" a affirmé que les réserves d'eau et de nourriture diminuaient. Un responsable de la PolyU a affirmé qu'une vingtaine d'étudiants de l'université figuraient parmi les manifestants retranchés.

Des actions pour desserrer l’étau

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme a appelé les autorités à trouver "une solution pacifique" au siège du campus.La cheffe de l'exécutif hongkongais Carrie Lam avait appelé les reclus de la PolyU à se rendre, en précisant que les mineurs sortant pacifiquement ne seraient pas arrêtés. Les majeurs risquent quant à eux des poursuites pour "participation à une émeute", infraction passible de dix ans de prison.

"Je ne me rendrai pas. Oui, je me battrai jusqu'au bout", a déclaré un jeune de 15 ans armé d'un arc. "Mais c'est très dangereux, car si vous utilisez l'arc, la police doit vous tirer dessus, peut-être avec des balles réelles.” D'autres ont été évacués sur des civières dans la nuit et, mercredi avant l'aube, une dizaine de protestataires qui tentaient une évasion ont été arrêtés par la police. 

La police a affirmé qu'entre le début du siège de la PolyU et mardi soir, environ 900 manifestants s'étaient rendus. Pour desserrer l'étau policier autour du campus, de nombreuses actions ont été menées pour bloquer à l'heure de pointe le métro hongkongais, crucial pour la circulation dans le centre financier qu'est Hong Kong.

Le SOS vu du ciel
Plein écran
Le SOS vu du ciel © AP
Plein écran
© REUTERS
Plein écran
© AFP
Plein écran
© REUTERS
  1. Une autopsie indépendante dément la thèse officielle: George Floyd est mort asphyxié

    Une autopsie indépendan­te dément la thèse officielle: George Floyd est mort asphyxié

    Une autopsie indépendante a conclu que George Floyd était mort asphyxié en raison "d'une pression forte et prolongée", a affirmé lundi l'avocat de la famille de la victime, contredisant les résultats de l'autopsie officielle. "Des médecins indépendants ayant mené une autopsie sur M. Floyd dimanche ont conclu que le décès avait résulté d'une asphyxie par pression prolongée", a déclaré l'avocat, Ben Crump.
  2. Un camion force le passage parmi les manifestants à Minneapolis
    Play

    Un camion force le passage parmi les manifes­tants à Minneapo­lis

    Un camion-citerne a tenté dimanche de se forcer un passage au milieu d'un cortège de milliers de manifestants sur un pont du centre de Minneapolis, dans le Minnesota, forçant l'intervention massive des forces de l'ordre. "A priori aucun manifestant n'a été blessé", selon un communiqué de la police locale qui parle d'un incident "très dérangeant". Le chauffeur du camion a été blessé, sans que sa vie soit en danger. Il a été conduit à l'hôpital et placé en état d'arrestation.