Plein écran
Manifestation en faveur du mariage gay le 16 décembre dernier à Paris. © photo_news

Un tract anti-mariage gay dans les bulletins d'une école en France

L'association des parents de l'enseignement catholique français a envoyé aux élèves d'un établissement de la Manche une lettre contre le mariage gay, glissée dans le bulletin de notes du premier trimestre, rapporte France 3 Basse-Normandie.

L'initiative de l'Association des parents d'élèves de l'enseignement libre (Apel, 843.000 familles adhérentes) est fermement critiquée par de nombreux parents et élèves, en particulier les terminales (l'équivalent français de notre rhéto, ndlr) qui y voient une incitation à participer à la manifestation contre le mariage pour tous le 13 janvier prochain à Paris. Un groupe Facebook a d'ailleurs été créé où les lycéens s'indignent de la démarche de l'association.

Du côté des parents à qui est destinée cette missive, on dénonce une méthode inacceptable, ceux-ci refusant d'être associés à des avis selon eux pas assez nuancés. L'Institut Saint-Lô d'Agneaux compte 1.700 élèves, de la maternelle aux classes post-bac.

"Alors que tant de parents, de jeunes et de familles sont à la recherche de de repères, d'aide et de soutien, il serait paradoxal de contribuer à accroître le mal-être de beaucoup en déstabilisant l'un des repères majeurs de notre société", peut-on lire dans le communiqué de l'Apel, disponible sur internet.

Plein écran
Vincent Peillon © afp

"Jusqu'à preuve du contraire, on n'a pas trouvé mieux pour élever un enfant qu'un couple formé d'un père et d'une mère qui s'aiment et qui s'engagent dans une vie commune pour le bien de l'enfant," poursuit le texte. "L'union de deux personnes de même sexe n'est évidemment pas de même nature, ne répond pas aux mêmes objectifs et ne peut donc recevoir le même nom ni la même reconnaissance par l'Etat. (...) Dénaturer le sens du mariage est un changement majeur, une rupture de civilisation."

Cette affaire intervient alors que le ministre français de l'Education nationale, Vincent Peillon, a appelé à ne pas "importer dans l'école des débats qui doivent avoir lieu dans la société", après que le directeur de l'enseignement catholique autorise les chefs d'établissement à tenir des débats sur le mariage gay. Ce dernier a démenti vouloir organiser ceux-ci en classe, précisant qu'il évoquait des discussions entre "professionnels de l'éducation".