Plein écran
© reuters

Un vol Qatar Airways escorté par l'armée britannique

UpdateUn avion de ligne de Qatar Airways avec 269 passagers à bord a été escorté mardi par un chasseur de l'armée britannique jusqu'à l'aéroport de Manchester où la police a arrêté un passager pour une fausse alerte à la bombe, a indiqué la police. Les images fournies par l'agence de presse Reuters témoignent qu'un homme a été arrêté.

Plein écran
© reuters
Plein écran
© getty
Plein écran
© getty
Plein écran
© getty

Parti de Doha, l'Airbus A330-300 a atterri sans encombres et même en avance sur l'horaire prévu à Manchester, au nord de l'Angleterre, mais après avoir fini son voyage en compagnie d'un Typhoon de la Royal Air Force, qui a accompagné l'appareil commercial pendant toute sa descente.

L'envoi de l'avion de chasse "était le résultat d'informations reçues par le pilote sur la possible présence à bord d'un engin" suspect, a déclaré John O'Hare, porte-parole de la police de Manchester. "Nous ne savons pas si la menace est réelle, mais il est absolument vital que nous traitions la situation comme une urgence", a-t-il ajouté.

Qatar Airways a confirmé dans un communiqué que l'équipage avait reçu une telle menace et "immédiatement pris les précautions nécessaires pour avertir les autorités britanniques". Une fois l'appareil posé, des policiers sont montés à bord pour arrêter un passager, a affirmé la police.

Des images prises par des passagers et diffusés par les médias britanniques montrent deux policiers appréhendant un homme portant un t-shirt vert, descendu de l'avion menottes aux poignets. Les autres passagers ont débarqué normalement, selon un porte-parole de l'aéroport.

L'incident a entraîné la suspension de tous les décollages et atterrissages pendant 25 minutes avant un retour à la normale vers 14h00 locales. "C'est maintenant 'business as usual' sur l'aéroport de Manchester", a commenté la police de Manchester sur son compte Twitter.

  1. La Nasa a été piratée par un mini-ordinateur à 30 euros

    La Nasa a été piratée par un mi­ni-ordinateur à 30 euros

    Un hacker a infiltré le réseau informatique d'un centre de la Nasa l'an dernier, forçant l'agence spatiale américaine à déconnecter temporairement des systèmes de contrôle des vols spatiaux du centre affecté.L'attaque a commencé en avril 2018 et s'est poursuivie pendant près d'un an dans les réseaux du mythique Jet Propulsion Laboratory (JPL) à Pasadena en Californie, a révélé l'inspecteur général de la Nasa dans un rapport publié le 18 juin.