Plein écran
L’adolescente et ses agresseurs ont été filmés alors que ces derniers la forçaient à retirer de l’argent dans un distributeur de billets. © Police Curacao

Une adolescente néerlandaise kidnappée et laissée pour morte à Curaçao

Fin août, une jeune stagiaire néerlandaise a été enlevée, maltraitée et laissée pour morte à Curaçao, une île des Caraïbes appartenant aux Pays-Bas. Les auteurs ont depuis été arrêtés par la police. La jeune femme a raconté son calvaire au journal local Antillians Dagblad. 

Le 25 août dernier, alors qu’elle attendait sur un banc dans une station-service située sur l’une des routes les plus fréquentées de l’île, l’adolescente a été abordée par une femme en voiture. Cette dernière lui a proposé de la ramener chez elle. “Tu ne dois pas attendre seule dans la rue la nuit. Je te ramène à la maison”, lui a-t-elle lancé.

Mise en confiance par cette inconnue, la jeune fille a accepté la proposition. Mais une fois dans le véhicule, les choses ont mal tourné. Un homme, qui s'était caché à l’arrière de la voiture, l’a étranglée jusqu'à ce qu’elle perde connaissance. Après environ une heure de route, selon ses estimations, ses ravisseurs se sont arrêtés à un distributeur de billets et l’ont obligée à retirer de l’argent. Mais la machine ne fonctionnait pas. “La seule chose qui en est sortie, ce sont plein de reçus blancs. Ils se sont alors fâchés parce qu'il n’y avait pas d’argent qui sortait du distributeur.

“Je me suis dit: Ça y est, tu vas mourir

Le couple d’agresseurs bande alors les yeux de l’adolescente avec sa propre culotte, et attache ses mains avec un morceau de tissu et ses pieds avec son soutien-gorge. “C’était tellement bizarre. Pendant des heures, je me suis dit: Ça y est, tu vas mourir”. 

Après un nouveau long trajet en voiture, les ravisseurs s’arrêtent entre les plages de Grote et Kleine Knip, de l’autre côté de l’île. Ils se mettent alors à déchirer les vêtements de la jeune fille et à la violenter, avant de prendre des photos et des vidéos d’elle. “La femme m’a tirée par les cheveux. Il y avait tellement de haine dans ses yeux. On aurait dit qu’elle aimait ça”.

Peu de temps après, elle est jetée hors de la voiture. Elle se cogne d’abord à deux rochers avant de finir à la mer. Là, elle parvient directement à libérer ses pieds et ses mains à l’aide de pierres pointues. Pendant longtemps, elle se tait et reste immobile. “Ils regardaient en bas avec la lampe de poche de leur téléphone pour voir si j’étais vraiment morte”.

Une fois ses ravisseurs partis, elle regagne la plage, en état de choc. “J’étais terrifiée. Je me suis cachée et je suis restée assise là pendant une demi-heure”. Finalement, elle est retrouvée par une femme qui appelle les services d’urgence. Quelques semaines plus tard, les coupables sont arrêtés. Aujourd’hui, la jeune fille espère pouvoir assister à leur procès. “Je sais déjà exactement ce que je vais leur dire, mais je ne sais pas si j’aurai le droit de parler”.