Une attaque de Boko Haram fait 26 morts au Cameroun

Mise à jourAu moins 26 personnes, dont 9 civils, ont été tuées après l'attaque d'une localité du nord du Cameroun par le groupe djihadiste nigérian Boko Haram dans la nuit de dimanche à lundi, selon un nouveau bilan communiqué par une source sécuritaire.

Plein écran
© AFP

L'incursion de Boko Haram à Darak - une île camerounaise située à proximité du lac Tchad dans la région de l'Extrême-Nord - a été suivie d'intenses combats avec l'armée. "17 militaires et 9 civils (ont été) tués", a affirmé une source sécuritaire régionale. C'est l'un des incidents les plus meurtriers enregistrés ces derniers mois dans la région de l'Extrême-Nord, où les incursions du groupe Boko Haram sont fréquentes. 

Selon la source sécuritaire, 40 combattants djihadistes ont été interpellés lors des combats et sept militaires sont toujours portés disparus depuis l'attaque.

Rappel des faits

Dans la nuit de dimanche à lundi, "vers 03h45, de nombreux (membres de) Boko Haram suffisamment armés ont visé un poste de la Force multinationale mixte (FMM, une coalition régionale qui lutte contre le groupe djihadiste) et une brigade", avait expliqué lundi une autre source sécuritaire. “Il s'en est suivi des combats qui ont duré plusieurs heures", avait-t-elle ajouté, précisant que les soldats de la FMM avaient pu repousser les assaillants après plusieurs heures d'affrontements. Avant d'être repoussés, les djihadistes avaient réussi à hisser leur drapeau à Darak, selon des sources sécuritaires concordantes.

Boko Haram toujours actif

Bien qu'affaibli, Boko Haram reste très actif dans la zone du lac Tchad. Depuis 2015, les pays de la région luttent contre Boko Haram au sein de la FMM engagée dans la région du lac Tchad avec l'aide de comités de vigilance composés de citoyens locaux. L'insurrection de Boko Haram, qui a débuté en 2009 dans le nord-est du Nigeria, a fait plus de 27.000 morts et 1,8 million de déplacés dans ce pays, et a gagné le Niger, le Tchad et le Cameroun voisins.