Une attaque de Boko Haram fait 7 morts et 15 blessés

Sept militaires tchadiens ont été tués et quinze blessés dans la nuit de dimanche à lundi dans la région du lac Tchad lors d'une attaque des jihadistes nigérians de Boko Haram qui ont perdu 63 combattants, a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'armée, le colonel Azem Bermandoa.

"Les terroristes ont attaqué nos forces à minuit dans la localité de Bouhama aux environs de Kaigakindjitia dans la zone du lac Tchad", a précisé le porte-parole.
Il a ajouté que "63 terroristes ont été tués" et que "le 'ratissage' se poursuit".

Le ministre tchadien de la Défense Daoud Yaya Brahim et le chef d'état-major des armées Taher Erda ont été dépêchés sur les lieux lundi pour "évaluer la situation", selon le colonel Azem.

La région du lac Tchad est le théâtre d'un regain d'attaques du groupe jihadiste nigérian. Fin mars, 23 soldats tchadiens avaient été tués dans l'attaque d'une base avancée sur la rive nord-est du lac.

Dans un rapport publié à ce moment-là, la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) s'inquiétait de cette résurgence des attaques de Boko Haram dans la région du lac Tchad, notamment côté tchadien.

"Le Tchad, relativement épargné par la menace Boko Haram après les attentats meurtriers de 2015, est à nouveau la ligne de mire du groupe terroriste depuis mi-2018", notait le rapport.

Depuis juin 2018, au moins sept attaques de Boko Haram ont eu lieu en territoire tchadien, où les combattants jihadistes nigérians n'étaient presque plus intervenus depuis plusieurs mois.

"Les menaces de Boko Haram contre le Tchad sont extrêmement sérieuses et inquiétantes après deux années d'accalmie", alertait également le président de la Ligue tchadienne des droits de l'homme (LTDH), Me Midaye Guerimbaye, dans ce même rapport.

Fin février, une longue colonne de plus de 500 soldats tchadiens est entrée au Nigeria pour "prêter main forte" à l'armée nigériane.

L'insurrection de Boko Haram, qui a débuté en 2009 dans le nord-est du Nigeria, a fait plus de 27.000 morts et 1,8 million de déplacés dans ce pays, et a gagné le Niger, le Tchad et le Cameroun voisins.

  1. Christian Brückner épiait-il Maddie? Le même “blond suspect” repéré quatre fois près de la résidence

    Christian Brückner épiait-il Maddie? Le même “blond suspect” repéré quatre fois près de la résidence

    Christian Brückner, le nouveau suspect principal de l’enquête sur la disparition Madeleine McCann, a probablement épié durant plusieurs jours l’appartement occupé par la famille McCann à l’Ocean Club de Praia da Luz, dans l’Algarve. C’est en tout cas la conclusion de The Sun et du Daily Mail à la lecture des déclarations des différents témoins. Depuis la diffusion du portrait du suspect principal, les quotidiens britanniques, qui ont évidemment suivi le dossier Maddie depuis la première heure, voient en lui le fameux “blond louche” décrit par de nombreux témoins à l’époque de la disparition de la fillette en 2007. L’homme à l’attitude patibulaire n’avait jamais été retrouvé.