Plein écran
© getty

Une chaîne autorisée à ne pas diffuser un spot de l'extrême droite

AllemagneLa seconde chaîne publique allemande, ZDF, confortée par une décision de justice, ne diffusera pas un spot de campagne du parti d'extrême droite NPD, jugé méprisant pour les étrangers. Le NPD, proche de la mouvance néonazie, a été débouté vendredi soir par le tribunal administratif de Mayence, après avoir voulu forcer ZDF à diffuser son spot de campagne, rapporte samedi le site Tagesschau.de, de la première chaîne publique ARD.

Le spot, qui aurait dû être diffusé à l'antenne à partir de lundi, décrit "les étrangers vivant en Allemagne d'une façon tellement méprisable que cela porte atteinte à leur dignité humaine et est de nature à troubler l'ordre public", selon la décision du tribunal dont avait d'abord fait état le journal Rhein-Zeitung.

La décision de justice rendue pour la ZDF n'est pas applicable directement à sa concurrente ARD, car ces chaînes sont indépendantes l'une de l'autre. Toutefois, la chaîne de télévision Berlin-Brandenburg RBB, chargée au sein de l'ARD de l'examen juridique des spots électoraux, avait déjà annoncé cette semaine ne pas être prête à diffuser le spot du NPD, selon son porte-parole.

Sur son site internet, le parti d'extrême droite mentionne des expressions telles que "l'immigration tue" et les "hommes à couteaux". L'avocat du NPD, Peter Richter, a jugé "incompréhensibles" les griefs du tribunal et a dit avoir déposé un recours vendredi soir devant la Cour constitutionnelle fédérale de Karlsruhe.

Cette affaire intervient sur fond de polémique soulevée par l'autre parti de l'extrême droite allemande, l'AfD, à cause d'une affiche de campagne pour les élections européennes qui utilise un tableau du XIXe siècle intitulé "Le marché aux esclaves", au grand dam du musée américain qui en est propriétaire.

  1. Le Rassemblement national, "cheval de Troie" de Trump et Poutine selon La République en Marche

    Le Rassemble­ment national, "cheval de Troie" de Trump et Poutine selon La République en Marche

    La majorité macroniste, menacée par le RN pour la victoire aux Européennes, sonne la charge à une semaine des européennes en France contre une extrême droite "cheval de Troie" des plans de Trump et Poutine pour affaiblir l'Europe. L'arrivée à Paris de Steve Bannon, ex-stratège de Donald Trump et soutien de Marine Le Pen, et le scandale aux accents russes qui a brisé samedi la coalition droite - extrême droite en Autriche ont fourni des munitions à la liste LREM-MoDem et au Premier ministre Edouard Philippe.