Une étudiante de 21 ans, première victime identifiée du volcan néo-zélandais

Krystal Browitt est la première victime identifiée de la soudaine éruption volcanique qui a fait 18 morts il y a quelques jours à White Island. La jeune femme est une étudiante de Melbourne qui venait de souffler ses 21 bougies en famille sur leur bateau de croisière en Nouvelle-Zélande, destination très prisée des Australiens. La police communiquera aujourd’hui les noms de quatre autres victimes: un Néo-Zélandais de 24 ans, deux quinquagénaires australiens et une Australienne de 15 ans, relate le New Zealand Herald aujourd’hui. 

Plein écran
Krystal Browitt venait de fêter ses 21 ans en famille sur leur bateau de croisière © Facebook

Des militaires spécialisés dans l’évacuation de victimes de zones sinistrées ont pu emmener six corps hier, lors d'une opération éclair et millimétrée. L’une des victimes est donc cette jeune femme de Melbourne qui, selon plusieurs médias, suivait des études de vétérinaire. Elle est la première victime officiellement identifiée. 

La mère avait préféré rester sur le bateau

Krystal Browitt voyageait en compagnie de sa sœur aînée et de ses parents mais la croisière de rêve de 13 jours de la famille australienne a tourné au cauchemar. Lundi, alors que la mère avait décidé de rester sur le bateau, le père et ses deux filles ont profité de l’escale à White Island pour une excursion sur le volcan. Paul, le père, et Stéphanie, la sœur de 23 ans de Krystal, ont été retrouvés grièvement blessés après la soudaine éruption. Le père souffre de graves brûlures et la jeune femme est dans le coma. Selon The Daily Mail, ils luttent tous deux pour leur vie. Pour Krystal, il n'y avait plus rien à faire.

“L'identification est un processus long et complexe mais nous travaillons le plus vite possible pour que les défunts soient rendus le plus rapidement à leurs proches”, explique John Tims, porte-parole de la police. “Il serait impardonnable de commettre la moindre erreur en identifiant les victimes”, souligne-t-il alors que de nombreuses familles sont encore dans l'incertitude. 

Deux personnes toujours disparues

Une nouvelle opération de recherches a été lancée afin de retrouver deux personnes encore portées disparus dans la zone de l’éruption. Mais à l’heure d’écrire ces lignes, les recherches n’ont toujours rien donné. La police et les autres services de secours ont ratissé durant plus d'une heure l’endroit où l’un des corps devait se trouver, en vain. “Nous n’avons trouvé aucun corps”, a confirmé le porte-parole lors d’une conférence de presse. 

Les opérations ne sont pas sans risque. Les scientifiques affirment que l’activité du volcan n’est plus aussi importante que lundi dernier, mais que le risque d’éruption demeure. Une lueur était toujours visible dans la nuit au niveau de la cheminée volcanique, “ce qui confirme la présence d’un important flux thermique”, a déclaré Geoff Kilgour, volcanologue au sein de GNS Science, qui surveille l’activité volcanique et sismique dans l’archipel.

200 degrés

“Cela a été confirmé par des observations aériennes ce matin qui ont permis de repérer un cratère actif émettant des gaz volcaniques en grande quantité et à une température très élevée” supérieure à 200°C.

Plein écran
Les sauveteurs tentent de retrouver les corps dans des conditions très compliquées © AFP

Les deux personnes encore disparues seraient des Néo-Zélandais: un guide et le capitaine d'un bateau de touristes. Selon la police, l’espoir est nul: l'un des corps aurait été aperçu dans l’eau par un témoin. Des plongeurs ont encore passé la journée de dimanche dans les eaux autour de l’île, mais celle-ci est trop souillée par les pierres, la lave et substances chimiques rejetées par le volcan. 

Brûlés à 70%

L’éruption s’est produite lundi alors que 47 touristes et leur guide étaient sur l’île. On déplore déjà 18 morts en comptant les disparus, tandis que 31 personnes ont été grièvement blessées. Au moins 27 des 31 blessés présentent des brûlures sur 70% du corps. Lors de la conférence de presse, on a appris que les médecins ont lancé un appel à des dons de tissus aux États-Unis afin de combler les besoins des victimes. 

Le ministère de la Santé fait état de 14 blessés répartis dans quatre hôpitaux néo-zélandais, dont dix sont dans un état critique. Treize autres ont été acheminés dans des hôpitaux de Sydney et Melbourne. La Première ministre Jacinda Ardern a annoncé une minute de silence lundi, en hommage aux victimes. 

Plein écran
Des militaires tentent de retrouver les victimes dans un paysage apocalyptique © AFP
Plein écran
White Island après l’éruption © AFP
Plein écran
D’autres touristes, qui circulaient en bateau, ont échappé au drame © AP