Plein écran
© photo_news

"Une faute politique dont le Front national subit les conséquences"

La présidente du FN, Marine Le Pen, a regretté dimanche sur le site du Figaro la "faute politique" de son père, auteur d'une nouvelle déclaration controversée sur Patrick Bruel.

"Je suis convaincue que le sens donné à ses propos relève d'une interprétation malveillante", explique Mme Le Pen après que son père eut évoqué une "fournée" à propos du sort qu'il entendait réserver à différents artistes hostiles au FN dont M. Bruel, qui est juif.

"Il n'en demeure pas moins que, avec la très longue expérience qu'est celle de Jean-Marie Le Pen, ne pas avoir anticipé l'interprétation qui serait faite de cette formulation est une faute politique dont le Front national subit les conséquences", déplore-t-elle.

Retombée positive
"Si cette polémique peut avoir une retombée positive, c'est celle de me permettre de rappeler que le Front national condamne de la manière la plus ferme, toute forme d'antisémitisme, de quelque nature que ce soit", conclut-elle.

Le vice-président du FN et compagnon de Mme Le Pen, Louis Aliot, avait déjà jugé "stupide" cette sortie du président d'honneur du FN.

Gilbert Collard, député du Rassemblement bleu marine, a lui suggéré à M. Le Pen, 85 ans, de prendre sa retraite. SOS Racisme envisage de son côté de porter plainte contre le dirigeant frontiste.