Plein écran

Une grève l'empêche d'avoir une greffe du coeur

Une patiente française qui était dans l'attente d'une greffe du coeur a connu une bien triste mésaventure la semaine dernière, relatent les médias français.

Hospitalisée à Nantes, la patiente apprend qu'un coeur compatible est disponible pour elle et qu'elle va être greffée incessamment sous peu. L'hôpital de Nantes se met en branle pour l'arrivée par avion du coeur du donneur et la malade est préparée. Les chirurgiens disposent alors de quatre heures pour ramener le coeur et procéder à la greffe.

Un sprint auxquels les médecins sont habitués, mais cette fois, c'est une grève de l'aéroport de Metz-Nancy qui est venue bousculer le mécanisme minuté et bien rôdé de Nantes. L'organe attendait l'avion à Metz, mais en raison d'une grève, ce dernier n'a pas reçu l'autorisation de se poser dans l'aéroport local et a été obligé de changer de cap vers Nancy. Le coeur n'a donc pu parvenir à sa destinataire à Nantes dans le temps imparti.

La patiente, ses proches et ses médecins ont vu leurs espoirs s'évanouir et les raisons précises de cet incident restent encore floues. Le frère de la donneuse a réagi écoeuré sur les ondes de RTL France: "On a tué ma soeur une seconde fois". L'Union syndicale de l'aviation civile affirme quant à elle que l'aéroport en grève aurait été rouvert pour l'avion transportant le coeur tant attendu si la communication avec les contrôleurs avait pu être réalisée. Un problème de communication entre grévistes serait donc à l'origine de cette greffe manquée.