Plein écran
© reuters

Une journaliste tuée dans un "incident terroriste" en Irlande du Nord, l'UE condamne

UpdateUne femme est décédée dans "un incident terroriste" à Londonderry en Irlande du Nord, a confirmé la police britannique à l'aube vendredi. Des émeutes ont émaillé la soirée de jeudi dans le quartier de Creggan après des perquisitions menées dans des habitations, selon la BBC. Plusieurs journalistes ont affirmé que la victime était Lyra McKee, elle-même journaliste.

Plein écran
© ap
Plein écran
© reuters
Plein écran
© ap

"Je peux confirmer avec tristesse que suite à des coups de feu tirés ce soir à Creggan, une femme de 29 ans a été tuée", a indiqué l'assistant du gendarme en chef, Mark Hamilton, dans un message partagé par la police d'Irlande du Nord sur Twitter. "Nous traitons ceci comme un incident terroriste et nous avons lancé une enquête pour meurtre", poursuit le commentaire.

Deux heures auparavant, la police avait fait un appel au calme après avoir constaté des coups de feu et des bombes artisanales à essence dans le quartier de Creggan à Londonderry, aussi appelée Derry par les Irlandais républicains opposés au pouvoir britannique.

Plusieurs journalistes ont affirmé que la victime était Lyra McKee, elle-même journaliste. Selon l'agence littéraire Janklow & Nesbit, Mme McKee est née à Belfast et a beaucoup écrit sur le conflit nord-irlandais et ses conséquences.

Sur son compte Twitter, elle a posté jeudi en début de soirée une photo qui semble présenter les violences de Londonderry au cours de la nuit.

"Acte insensé"
"Je me tenais à côté de cette jeune femme quand elle est tombée à côté d'une Land Rover", a tweeté la journaliste du Belfast Telegraph Leona O'Neill. "J'ai appelé une ambulance pour elle mais la police l'a mise à l'arrière du véhicule et l'a emmenée à l'hôpital où elle est décédée".

Arlene Foster, le cheffe du parti unioniste nord-irlandais DUP, a rapidement condamné les faits, évoquant un "acte insensé" et des "nouvelles déchirantes". Le parti nationaliste irlandais Sinn Féin a également condamné "sans réserve" ces faits, qualifiant le décès de la jeune femme d'"attaque contre toute la communauté, contre le processus de paix, et contre l'accord du Vendredi Saint", signé en 1998 pour mettre fin aux Troubles, en vertu duquel le pouvoir dans la province est partagé entre le Sinn Fein et le DUP.

La nouvelle IRA à l'origine?

"Nous pensons qu'il s'agit d'un acte terroriste, perpétré par de violents dissidents républicains. Nous estimons à l'heure actuelle que la nouvelle IRA (Armée républicaine irlandaise, NDLR) est probablement à l'origine de cet acte. Il s'agit de notre piste principale", a déclaré aux journalistes le chef de police adjoint Mark Hamilton lors d'une conférence de presse.

L'Union européenne "condamne" 
La Commission européenne a condamné vendredi les évènements de la nuit à Londonderry: "Nous avons vu les informations sur le terrible incident qui a eu lieu hier en Irlande du Nord qui a entraîné la mort d'une journaliste. Nous condamnons une telle violence", a réagi un porte-parole de la Commission, interrogé par l'AFP.

"Nous sommes convaincus que les autorités britanniques détermineront les circonstances exactes de cet événement tragique", a-t-il ajouté.

  1. Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge
    Play

    Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge

    Un trentenaire roumain, qui avait caché une trentaine de téléphones volés dans le short cycliste qu’il portait sous ses vêtements, a été arrêté mardi passé aux Pays-Bas, en marge d’un concert de Sum 41 dans la salle AFAS Live à Amsterdam, grâce à un tuyau de la police belge, suite au vol similaire d’une cinquantaine de téléphones lors d’un concert du même groupe canadien le 14 janvier à la Lotto Arena à Anvers.
  2. Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    La cour d'appel de Paris a à nouveau rejeté lundi une demande de mise en liberté du maire de Levallois-Perret Patrick Balkany, 71 ans, une semaine avant l'ouverture de son procès en appel pour blanchiment aggravé. La cour a également rejeté une demande d'abaissement de la caution de 500.000 euros imposée à l'élu - actuellement incarcéré à la prison parisienne de la Santé - dans le cadre du contrôle judiciaire accordé après sa condamnation pour fraude fiscale.