Plein écran
François de Rugy. © BFMTV RMC

“Une machine est lancée pour m’attaquer”: au bord des larmes et en colère, François de Rugy se défend

Ce vendredi matin, François de Rugy, ministre de la Transition écologique français, a laissé éclater sa colère et son émotion sur RMC et BFMTV, après les révélations de Mediapart.

Des dîners fastueux lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale, des milliers d’euros de travaux dans son logement de fonction ministériel ou encore des demandes de logements sociaux, le numéro 2 du gouvernement est dans la tourmente depuis plusieurs jours. 

Convoqué dans le bureau du Premier ministre Edouard Philippe ce jeudi soir, François de Rugy a été confirmé à son poste et a reçu le soutien d’Emmanuel Macron. Ce vendredi matin, il est venu se défendre au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFMTV. 

“J’ai donné toutes les preuves”

C’est au bord des larmes, les yeux rouges et la gorge serrée qu’il a montré combien les révélations de Mediapart l’avaient meurtri. Il a laissé éclater sa colère, blessé qu’on le présente comme “monsieur DE Rugy” et sa femme Séverine Servat de Rugy comme “Marie-Antoinette”.

L’ex-député a écarté l’idée de démissionner mais admet y avoir pensé. “Je ne lâcherai pas, je suis très en colère contre les mensonges”, a-t-il lâché. “Quand je lis un article qui prétend que j’occupe un logement social… Jamais de ma vie je n’ai demandé un logement social! J’ai donné toutes les preuves”, a-t-il insisté à deux reprises. “C’est comme si je n’avais rien dit. Une machine est lancée pour m’attaquer, ça va continuer”, a-t-il conclu.