Plein écran
Lauren Salzman © photo_news

Une maîtresse de la secte sexuelle a séquestré une esclave pendant deux ans

Une membre de la secte sexuelle NXIVM ayant plaidé coupable d'extorsion la semaine dernière, faisant suite aux aveux en mars de sa mère, cofondatrice, a avoué avoir séquestré sa propre "esclave" pendant deux ans dans une pièce d'une maison à New York, a annoncé lundi le New York Post, citant des documents de justice.

Plein écran
Croquis de Keith Raniere, au centre © ap
Plein écran
Nancy Salzman, mère de Lauren © reuters
Plein écran
Allison Mack © photo_news

Lauren Salzman, 42 ans, a déclaré à un juge fédéral avoir gardé une femme en otage entre mars 2010 et avril 2012 et l'avoir menacée d'expulsion vers le Mexique si elle n'accomplissait pas le travail demandé par elle-même et d'autres personnes.

"Je suis désolée de mes mauvaises décisions qui conduisent à faire du tort aux autres, et pas seulement les victimes dans cette affaire mais des centaines de membres de notre communauté, ainsi que leurs amis et familles", a confessé Lauren Salzman. Elle a aussi admis être membre de DOS, l'organisation interne secrète de NXIVM, accusée d'affamer des femmes et d'estampiller leur zone pubienne avec les initiales du cofondateur Keith Raniere, 58 ans, déjà suspecté de trafic sexuel et de travail forcé, mais aussi inquiété récemment pour pédophilie et pédopornographie.

NXIVM avait attiré l'attention notamment pour l'inculpation de l'actrice Allison Mack, vue entre autres dans la série "Smallville", actuellement en procédure de négociation de peine. Un procès doit suivre fin avril.

  1. Un ami sulfureux, un appartement à Paris: ces éléments qui relient Epstein à la France

    Un ami sulfureux, un apparte­ment à Paris: ces éléments qui relient Epstein à la France

    L'affaire Jeffrey Epstein va-t-elle rebondir en France ? Près de deux semaines après le suicide en prison du financier américain accusé d'abus sexuels sur mineures, de nouveaux éléments renforcent l'hypothèse d'un scandale aux ramifications françaises. Saisi fin juillet, le parquet de Paris assure à l'AFP poursuivre ses "vérifications" et "échanges" avec les autorités américaines avant de décider ou non d'ouvrir une enquête. Le nom d’un Français revient régulièrement.