Plein écran
Sara Packer - Grace Packer - Jacob Sullivan © Police Dpt/DR

Une mère regarde sa fille se faire violer et découper par son beau-père

"Je ne peux plus rien pour toi", a dit Sara Packer à sa fille adoptive Grace après que son beau-père Jacob Sullivan l'eut frappée au visage. "C'est ton destin désormais", a-t-elle ajouté. L'Américaine a assisté et participé au viol et à l'assassinat de sa fille. Le corps a ensuite été conservé des mois durant dans le bac de litière pour chat, puis découpé en morceaux et jeté dans une zone boisée et reculée près d'Horsham, dans la région de Philadelphia, aux États-Unis. Le couple vient d'être condamné.

La mère, Sara Packer, est une psychologue diplômée qui se vante d'avoir un QI de 140. Celle qui travaillait comme conseillère à l'adoption jusqu'en 2010 disait de sa fille adoptive qu'elle avait "cette inclination à être une enfant très difficile". Elle détestait sa fille et partageait le fantasme de Jacob Sullivan, son compagnon, de violer et tuer l'adolescente. Un fantasme qu'ils ont mis à exécution ensemble. Hier au procès, d'une voix monotone et sans la moindre émotion, la quadragénaire a fait le récit terriblement glauque de la fin de Grace en juillet 2016. 

"Je n'ai eu aucune envie de l'aider": la mère "excitée" par les faits
Elle a raconté comment sa fille adoptée avec son ex-mari en 2004 n'était plus devenue qu'une "chose" à ses yeux et comment elle a échafaudé son plan pour la tuer. Devant une salle d'audience comble du tribunal de Philadelphie, elle expliqué qu'elle n'avait eu aucune envie de lui venir en aide alors que la jeune fille de 14 ans subissait les assauts du meurtrier de 46 ans. Son compagnon a quant à lui relaté l'excitation sexuelle de Sara Packer lors des faits.

Torturée puis étranglée
Jacob Sullivan a violemment battu puis violé l'adolescente en présence de Sara Packer, qui l'a elle aussi torturée durant des heures. Ils l'ont ensuite ligotée, lui ont enfoncé du tissu dans la gorge et l'ont laissée agoniser dans un grenier où la chaleur était étouffante. À leur retour le lendemain, l'adolescente était toujours en vie. Jacob Sullivan l'a alors étranglée, conclut le rapport médico-légal. Les deux meurtriers ont alors dissimulé le corps de leur fille adoptive dans le bac de réserve de litière pour chat et l'y ont laissé des mois durant. Entre-temps, ils avaient pris soin de la faire porter disparue. Des chasseurs ont finalement découvert, au mois d'octobre 2016, son cadavre découpé en morceaux dans un bois, relate AP.

Des abus dans trois précédents foyers
Selon Josh, le frère cadet de la victime, Grace n'avait rien de l'enfant abjecte que sa mère a décrite. "Si vous aviez dit à ma soeur qu'elle devait donner sa vie pour sauver celle d'un autre enfant, elle aurait immédiatement demandé où, quand et comment". Grace aura eu une vie de galère, l'enfer sur Terre. Placée dans plusieurs familles d'accueil parce que son père biologique les avait violées elle et sa soeur alors qu'elles étaient encore en bas-âge, elle a de nouveau subi des abus et des maltraitances dans un des foyers où elle a séjourné. Puis, elle a fini par être adoptée par Sara Packer et son mari David Packer, qui l'a violée à son tour avec la complicité de sa femme alors qu'elle n'avait que neuf ans. La soeur aînée a subi les mêmes assauts à l'âge de 15 ans. Enfin, Sara Packer a divorcé et s'est mise en couple avec Jacob Sullivan, ce qui a signé l'arrêt de mort de Grace.

Petit frère recueilli
Le jeune Josh dit ne pouvoir survivre à la mort de sa grande soeur qu'en racontant son histoire dans l'espoir que davantage de maltraitances familiales soient dénoncées. Et en espérant que les familles d'accueil soient mieux choisies et contrôlées. Désormais, Josh vit chez d'autres membres de la famille. Des proches mortifiés d'entendre qui était vraiment la "psychologue" de la famille. Sa nièce Karie Heisserer a réagi: "C'est impensable d'imaginer la manière dont Grace a été abusée, torturée et littéralement jetée comme un tas d'ordures". La soeur aînée de Grace est quant à elle majeure et vit seule.

Prison à vie voire peine de mort
L'implication du couple n'avait été mise au jour qu'en 2017, après un suicide conjoint raté. Sur son lit d'hôpital, Jacob Sullivan avait avoué leurs exactions. Quant au procès, il a établi la culpabilité de Jacob Sullivan pour viol et meurtre, ce qu'il avait lui-même avoué. Un jury décidera d'une éventuelle peine de mort ou d'une peine de prison à perpétuité. La mère, en échange de son témoignage, a obtenu un accord avec le juge. Elle échappe à la peine de mort mais passera le reste de sa vie en prison. Elle se targue malgré tout d'être le "cerveau" de cette affaire.

Plein écran
Grace avait été portée disparue jusqu'à ce que des chasseurs retrouvent des restes de son corps dans un bois des mois plus tard © Bucks County Attorney's Office