Plein écran
© thinkstock

Une microalgue irrite les baigneurs dans les Canaries

Baigneurs, s'abstenir: une microalgue toxique prolifère actuellement dans les eaux de l'archipel espagnol des Canaries, favorisée notamment par les fortes chaleurs, et les autorités recommandent aux nombreux touristes de ne pas s'y frotter.

A Tenerife notamment - la plus grande île des Canaries dans l'Océan Atlantique -, différentes plages sont touchées par cette concentration exceptionnelle d'algues microscopiques qui teint les eaux, du marron verdâtre au marron rougeâtre.

"Depuis la fin juin, nous assistons à des épisodes d'efflorescence massives (ou 'bloom') de microalgues, parfois arrivées jusqu'aux eaux de baignade sur les plages", a confirmé lundi le directeur de la Santé publique pour les îles Canaries, Jose Juan Aleman.

Message rassurant
"Cette algue microscopique est une cynobactérie, la Trichodesmium erythraeum. Sa prolifération est un phénomène naturel et temporaire qui va disparaître", affirme-t-il, mettant en cause notamment "le réchauffement qui la favorise". Simplement, "elle contient une toxine qui peut produire une irritation de la peau, une dermatite, il faut donc éviter d'entrer en contact avec elle dans l'eau comme sur le sable", recommande ce responsable.

L'archipel a reçu l'an dernier plus de 13 millions de visiteurs étrangers et les autorités tiennent à leur faire passer "un message rassurant".

"Généralement, il n'a pas été nécessaire de fermer les plages", a ainsi fait valoir M. Aleman. Certaines ont cependant été fermées à la baignade au cours des dernières semaines, telle celle des Teresitas à Santa Cruz de Tenerife.

  1. Le mystère de Ferrera Erbognone où les habitants semblent tous immunisés contre le virus

    Le mystère de Ferrera Erbognone où les habitants semblent tous immunisés contre le virus

    Les plus de 1.000 habitants du village de Ferrera Erbognone, dans le nord de l’Italie, ne semblent pas être sensibles au coronavirus. Alors que les infections et les décès dus au Covid-19 frappent à grande échelle les municipalités environnantes, le village de la région italienne de Lombardie, qui a été durement touchée, est épargné. Les scientifiques pensent que les habitants sont immunisés contre la maladie. Des analyses de sang doivent montrer comment cela est possible.