Plein écran
Capture d'écran © Twitter

Une passagère filme un homme qui se masturbe dans le train

La passagère d’un TGV entre Paris et La Rochelle a filmé un homme en train de se masturber à côté d’elle. “Sidérée”, elle vient de porter plainte.

“Paris - Poitiers en TGV avec un mec qui change de place et s’assied en face de moi, me regarde et qui se masturbe... y’a encore du boulot”. Le tweet de Natacha Bras a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux, avec déjà plus de 1.000 retweets. Sur la courte vidéo, un homme met la main dans son pantalon pour se masturber. Selon la femme, cela a duré pendant tout le trajet d’une heure et demie.

“Je ne savais pas quoi faire, le wagon était presque vide, je n’ai pas vu de personnel de bord jusque Poitiers, gare où est descendu l’homme qui s’est masturbé. J’ai filmé car c’était peut-être mon seul moyen de défense”, explique la femme, “sidérée”, à LCI.

La femme davantage sanctionnée que l’homme?

L’informaticienne a porté plainte “avec toutes les vidéos filmées et qui sont plus ou moins explicites”. Sur Twitter, la SNCF a répondu à la vidéo en regrettant “ces conditions de voyage difficiles”. Puis en précisant: “Si cela venait à se reproduire, n’hésitez pas à le signaler au Chef de Bord ou à joindre le service d’urgence SNCF au 3117 ou au 31 177 par SMS”.

Comme le précise France 3, Natacha pourrait s’exposer à une sanction pour avoir diffusé ces images sur les réseaux sociaux, sans le consentement de la personne. Elle risque un an d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende. Quant à l’homme qui se masturbait, la loi française précise que “l’exhibition sexuelle imposée à la vue d’autrui dans un lieu accessible aux regards du public est punie d’un an d’emprisonnement et de 15.000 euros d’amende”.

  1. Le jour où le vol MH17 s’est crashé, c’est lui qui a été chargé de rassembler les restes des corps des victimes

    Le jour où le vol MH17 s’est crashé, c’est lui qui a été chargé de rassembler les restes des corps des victimes

    Quand le vol MH17 de Malaysia Airlines qui reliait Amsterdam à Kuala Lumpur s’est crashé, c’est lui qu’on a appelé. Le sergent Rod Anderson était le commandant de la Disaster Victim Identification pour la police fédérale australienne. C’est lui qui a été chargé d’identifier les victimes et de rendre les dépouilles à leurs familles. Pour rappel, 238 personnes dont 15 membres d’équipage ont perdu la vie le 17 juillet 2014.