Plein écran
© reuters

Une photo de Hollande, grimaçant, censurée

VideoUne visite de François Hollande mardi dans une école de Denain (Nord) suscite d'abondants commentaires des internautes. En cause, une photo sur laquelle le président français n'apparaît pas à son avantage.

Plein écran
© Twitter

Cacher quelque chose à un internaute, c'est éveiller sa curiosité. Une fois encore, cet adage hasardeux se vérifie. Surtout quand cela concerne François Hollande. Le président s'est-il prêté à un concours improvisé de grimaces avec les élèves de la classe pour amuser de la sorte la Toile? L'histoire ne le dit pas.

Mais mardi, l'Agence France Presse a décidé de supprimer une photo du catalogue de la visite du chef de l'Etat français dans une petite classe de la banlieue de Valenciennes où il a accompagné la rentrée scolaire des enfants avec les ministres de l'éducation nationale, de la réussite éducative et de la jeunesse et des sports.

Car, sur ce cliché, le président français est loin d'être sous son meilleur jour, au point d'être aussitôt censuré par l'AFP. "Pour des raisons éditoriales, cette photo a été retirée", a expliqué l'agence sur son site. "Par conséquent, veuillez supprimer cette photo de vos supports".  L'AFP a-t-elle subi des pressions de la part de l'Elysée? L'agence défend une "décision éditoriale". C'était sans compter sur une fuite qui a posté la photo sur Internet. Où elle n'a pas tardé à se propager. Le site slate.fr a même lancé un concours de légendes.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Plein écran
© afp
  1. Un trisomique décède dans un véhicule en pleine chaleur

    Un trisomique décède dans un véhicule en pleine chaleur

    Un trentenaire américain atteint du syndrome de Down est décédé en mai dans une camionnette en pleine chaleur, à Seminole, en Floride, alors que la personne qui devait s’occuper de lui s’était endormie sur le siège passager après avoir ingéré de la drogue, ont relaté samedi les médias outre-Atlantique. Arrêté vendredi pour homicide involontaire aggravé, l’employé a été relâché le lendemain après avoir versé une caution de 50.000 dollars (soit 45.000 euros environ), mais il comparaîtra devant la justice ultérieurement.