Plein écran
© afp

Une statue de Jean Paul II déchaîne les passions

La justice française a ordonné à une petite ville de l'ouest de la France de retirer un monument en l'honneur de Jean Paul II érigé sur une place publique, jugé contraire à la loi sur la laïcité.

Plein écran
© afp

L'oeuvre, installée en 2006 dans la ville bretonne de Ploërmel, est composée d'une statue du pape se dressant sous une arche au sommet de laquelle est plantée une croix monumentale et fait huit mètres de hauteur au total. Le tribunal administratif de Rennes (Bretagne) a estimé que l'édification de la statue en elle-même n'était pas contraire à la loi, mais que sa disposition sous cette arche et cette croix l'était.

"Caractère ostentatoire"
Ce monument, "par sa disposition et ses dimensions, présente un caractère ostentatoire" et contrevient ainsi à la Constitution, qui souligne le caractère laïc de la république française, et à la loi de 1905 instaurant la séparation de l'Eglise et de l'Etat, a jugé le tribunal. "Ce jugement implique nécessairement que le monument (...) soit retiré de son emplacement actuel", poursuit le tribunal dans son jugement, qui donne six mois à la ville pour s'y conformer.

Recours
Le maire de droite de Ploërmel, Patrick Le Diffon, a annoncé son intention de faire appel, affirmant vouloir "épuiser tous les recours juridiques possibles". "J'ai bien compris que c'est l'arche et la croix au-dessus qui sont jugées ostentatoires, et que les retirer pourrait être suffisant, mais je ne peux pas le faire sans le consentement de l'artiste", a-t-il encore déclaré.

Polémiques
Depuis son installation sur une place rebaptisée "Saint Jean Paul II", l'oeuvre de l'artiste russe Zourab Tseretli qui l'a cédée Rennes, n'a cessé d'alimenter les polémiques. Déjà, en janvier 2010, la justice avait déclaré illégale une subvention de 4.500 euros versée en 2006 par le département. Les opposants dénonçaient à l'époque le recours à des fonds publics pour le financement du socle de la statue, sur lequel figure la phrase de Jean Paul II "n'ayez pas peur", et de la cérémonie d'inauguration (30.000 euros).