Plein écran
© Photo News

Vers une procédure de destitution de Donald Trump? “C’est prématuré”

Ingérence russeLa présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a réaffirmé jeudi qu'il était trop tôt pour engager une procédure de destitution de Donald Trump, une initiative qui serait selon elle "source de grandes divisions".

"Nous pouvons révéler les faits aux Américains à travers nos enquêtes, et cela peut nous amener vers un moment où une destitution serait inévitable, ou non. Mais nous n'en sommes pas là", a déclaré Mme Pelosi au lendemain d'un échange acrimonieux avec le président républicain. "Et j'estime qu'une destitution serait assurément source de grandes divisions pour notre pays". 

Guerre ouverte

La bataille entre les démocrates et Donald Trump a viré à la guerre ouverte mercredi lorsque le président, visiblement outré, a annoncé qu'il ne collaborerait plus avec eux sur de grands projets comme un plan d'infrastructure tant qu'ils ne mettraient pas fin à leurs "enquêtes bidon" le visant. 

Le président réagissait à Nancy Pelosi qui venait de déclarer qu'il était "engagé dans une opération de dissimulation" pour les empêcher de suivre les pistes laissées par l'épais rapport sur l'enquête russe, notamment sur les soupçons d'entrave à la justice. Depuis, Donald Trump a lancé plusieurs rafales de tweets, accusant les démocrates de le "harceler" avec les multiples enquêtes parlementaires et d'être le "parti qui ne fait rien".

  1. Reconstitution du meurtre d'Alexia Daval: “Pourquoi de telles horreurs?”

    Reconstitu­ti­on du meurtre d'Alexia Daval: “Pourquoi de telles horreurs?”

    La reconstitution judiciaire du meurtre d'Alexia Daval par son mari Jonathann, entamée vers 05H00 lundi, s'est transportée en milieu de matinée dans le Bois d'Esmoulins, où le corps de la jeune femme avait été découvert partiellement brûlé le 28 octobre 2017. L'informaticien de 35 ans a quitté sous bonne garde, peu après 9H30, le pavillon de Gray-la-Ville, où le couple résidait et où s'était déroulée la première phase de la reconstitution.
  2. Un dealer belge risque l’exécution en Thaïlande: “Ici, il aurait à peine eu une amende”

    Un dealer belge risque l’exécution en Thaïlande: “Ici, il aurait à peine eu une amende”

    Danny V.D.V., un Belge de 57 ans, risque une lourde peine d’emprisonnement voire même la peine de mort pour avoir dealé de la cocaïne en Thaïlande, où il est installé depuis longtemps. La famille et les amis du Belge s’inquiètent: “Une exécution? Allez, franchement! Ici, un dealer reçoit une amende, ou peut-être un bracelet électronique, quand même pas une injection létale!”.