Le premier ministre britannique et leader du parti conservateur, Boris Johnson.
Plein écran
Le premier ministre britannique et leader du parti conservateur, Boris Johnson. © AFP

Victoire écrasante pour Boris Johnson

Mise à jourPlus de trois ans après le référendum Brexit, les Britanniques se sont de nouveau rendus aux urnes le 12 décembre. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a remporté la majorité au Parlement britannique, son parti conservateur ayant franchi le seuil des 326 sièges gagnés sur les 650 de la Chambre des communes, selon les résultats officiels publiés vendredi. Le parti travailliste de Jeremy Corbyn atteint un chiffre historiquement bas. Toutefois, M. Corbyn ne démissionnera pas pour l’instant de son poste de chef du parti. Avec la grande victoire des conservateurs, la voie serait ouverte pour un Brexit le 31 janvier. 

Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est félicité vendredi d'avoir obtenu “un nouveau mandat fort pour réaliser le Brexit”, à l'issue des élections législatives de jeudi. Alors que son Parti conservateur est crédité d'une large victoire par un sondage sortie des urnes, M. Johnson a été réélu député de la circonscription d'Uxbridge and South Ruislip, dans la grande banlieue de Londres, avec un score en augmentation par rapport au scrutin précédent de 2017. 

“Ce gouvernement conservateur s'est vu attribuer un mandat fort pour réaliser le Brexit”, a déclaré M.Johnson après avoir été réélu à son siège dans l'ouest de Londres. Cette élection "historique" permettra au gouvernement de "respecter la volonté démocratique du peuple", a-t-il dit, en faisant référence aux 52% de la population qui ont voté pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne lors d'un référendum en 2016. 

Trump: “G-B et US maintenant libres de conclure un énorme nouvel accord commercial” 

Le président américain Donald Trump est ravi de la victoire des conservateurs de Boris Johnson aux élections législatives au Royaume-Uni. “La Grande-Bretagne et les États-Unis seront maintenant libres de conclure un énorme nouvel accord commercial”, s’est-il emballé via Twitter.

Les États-Unis et la Grande-Bretagne souhaitaient conclure un accord commercial dès que les Britanniques seraient sortis de l’Union européenne, un projet que Boris Johnson compte bien mener à son terme le plus rapidement possible. Leurs détracteurs craignent qu’un tel accord soit trop fortement libéral et qu’il réduise les régulations jugées raisonnables autour des services financiers ou encore de l’agriculture. 

“Félicitations à Boris Johnson pour cette grande VICTOIRE”, a tweeté Trump. “La Grande-Bretagne et les Etats-Unis seront maintenant libres de conclure un énorme nouvel accord commercial après le BREXIT. Cet accord est potentiellement beaucoup plus gros et plus lucratif que n’importe quel accord qui pourrait être conclu avec l’Union européenne. Bravo Boris!”

La Première ministre de l’Ecosse parle d’un deuxième référendum d’indépendance

Nicola Sturgeon, leader du Parti national écossais SNP et Première ministre de l’Ecosse, veut mettre à l’agenda un second référendum sur l’indépendance de sa nation, a-t-elle déclaré dans la nuit de jeudi à vendredi. Son parti a remporté 55 sièges lors des élections législatives de jeudi au Royaume-Uni.

Elle clamait déjà la volonté d’un référendum pendant la campagne électorale, mais dispose désormais “d’un mandat pour donner à nouveau le choix” à la population, a-t-elle indiqué.

Les indépendantistes écossais ont remporté 55 sièges, soit une hausse de 20 sièges. Ils ont gagné dans pratiquement toutes les circonscriptions écossaises. “Nous voulons que l’avenir écossais revienne aux mains des Écossais, c’est le message principal de ce soir”, a déclaré M. Sturgeon à la BBC.

Le résultat global des élections satisfait beaucoup moins la femme politique. Les conservateurs du Premier ministre britannique sortant Boris Johnson devraient facilement obtenir la majorité absolue, ce qui leur permettrait de sortir le Royaume-Uni de l’UE le 31 janvier. Les Écossais sont généralement opposés au Brexit.

“Le résultat est amer”, a dit Sturgeon. “Mais les Écossais ont le choix pour un avenir différent. J’ai un mandat clair pour donner ce choix à l’Écosse, cela ne fait aucun doute. Et ensuite, c’est au peuple de choisir. (Boris) Johnson n’a pas le droit de retirer l’Écosse de l’UE et n’a pas le droit de nous retirer ce choix”, a-t-elle dit.

En 2014, les Écossais ont déjà voté sur l’indépendance par rapport au reste du Royaume-Uni. Un peu plus de 55% étaient contre à l’époque, mais le Brexit pourrait bien faire pencher la balance en faveur de l’autre camp. 

La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon.
Plein écran
La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon. © AP

Corbyn, “très déçu”, ne conduira pas les travaillistes aux prochaines élections

Le chef du parti travailliste britannique Jeremy Corbyn s’est dit vendredi “très déçu” du résultat des élections législatives de la veille, ajoutant qu’il ne “conduira pas le parti aux prochaines élections”.

Jeremy Corbyn
Plein écran
Jeremy Corbyn © AFP

S’exprimant après l’annonce de sa réélection dans sa circonscription londonienne d’Islington nord, il a précisé qu’il souhaitait voir son parti entamer une “réflexion sur le résultat du scrutin et sur sa future politique”, alors que le Labour a enregistré une lourde défaite, selon un sondage de sortie des urnes, perdant des dizaines de sièges. 

Charles Michel: “L’Union est prête”

“Nous allons attendre et voir ce que seront les résultats officiels”, a indiqué Charles Michel dans la nuit de jeudi à vendredi, en réponse aux questions sur les élections législatives au Royaume-Uni qui ont eu lieu dans la journée.

Le président du Conseil européen et la présidente de la Commission européenne ont tous deux tenus à faire passer le même message: celui que peu importe le résultat de ces élections, de son côté l’UE est “prête”, prête à avancer sur le Brexit et à mener ensuite les négociations nécessaires aux relations futures avec le Royaume-Uni.

“Nous allons voir si l’accord de retrait passe le parlement britannique”, a commenté brièvement Charles Michel.

La cheffe du Parti libéral démocrate Jo Swinson, pro-européenne, perd son siège

La cheffe des libéraux démocrates britanniques, Jo Swinson, a perdu son mandat lors des élections législatives organisées jeudi en Grande-Bretagne. C’est ce qu’a annoncé tôt vendredi le fonctionnaire électoral responsable dans Dunbartonshire East, en Écosse. Son siège a été attribué au candidat du Parti national écossais SNP.

Swinson s’était prononcée en faveur de l’annulation pure et simple du Brexit. Il y a quelques mois à peine, elle a annoncé son intention de devenir Première ministre. Les libéraux-démocrates sont parmi les perdants des élections.

Très forte participation à Londres

Le taux de participation à Londres, traditionnellement supérieur à la moyenne nationale, a été encore plus élevé que d’habitude lors des élections législatives de jeudi au Royaume-Uni, indique la BBC.

Lors des élections de 2017, le taux de participation s’élevait à 70,1% dans la capitale, pour 68,8% au niveau national.

Dans le quartier de Putney, le taux de participation jeudi est de 77,4%, contre 72% il y a deux ans. A Battersea, le taux de participation est de 75,8%, contre 71% en 2017.

Conséquence de cette forte participation, les résultats dans la capitale sont attendus bien plus tard que la normale.