Plein écran
© photo_news

Villepin a touché 100.000 euros en une journée

UpdateDominique de Villepin aurait touché la coquette somme de 100.000 euros apour avoir travaillé une seule journée au Quai d'Orsay, en septembre 2013, affirme le Daily Telegraph.

Après 20 ans d'absence au ministère des Affaires étrangères, l'ancien Premier ministre et chef de la diplomatie français, Dominique de Villepin, y a effectué une journée de travail afin de percevoir un bonus de retraite de 100.000 euros, a indiqué le site du quotidien britannique Daily Telegraph, qui cite des sources non identifiées, ce mardi.

Un bonus de 100.000 euros
Cette journée de travail lui a permis, selon le quotidien, de faire valoir des droits à la retraite prévoyant le versement d'un bonus de 100.000 euros. Ce versement aurait été autorisé par le gouvernement socialiste au pouvoir en France.

Selon le quotidien britannique, la raison et les détails de ce droit à une prime de retraite ne sont pas clairs, et le journal précise que ses tentatives pour obtenir des éclaircissements auprès du ministère français sont restées vaines. "Plusieurs sources ministérielles assurent que cette procédure n'a rien d'illégal, mais qu'elle a certainement dû être approuvée par l'actuel ministre, Laurent Fabius", indique le quotidien britannique.

"Une erreur administrative"
Selon un porte-parole de M. de Villepin, cité par le Telegraph, il y aurait eu "une erreur administrative que M. de Villepin a déjà demandé de rectifier auprès des autorités compétentes dès qu'il en a été fait état", sans préciser de quelle erreur il s'agissait, ou si l'argent avait été remboursé.

"Des documents officiels montrent que l'ancien Premier ministre a lui-même demandé à bénéficier de cet arrangement avec le Quai d'Orsay", indique cependant The Telegraph selon lequel "ce versement a mis en colère de nombreuses personnes, au ministère des Affaires étrangères dans la mesure où il intervient en pleine période de restriction budgétaire".

Un an de traitement
"Dominique de Villepin a bénéficié d'un régime alors prévu par la réglementation en vigueur", a précisé mercredi le Quai d'Orsay. "Un décret du 8 juin 2011 a prévu un dispositif de fin d'activité permettant aux cadres supérieurs du Ministère des Affaires étrangères de quitter définitivement les cadres de l'administration de façon anticipée (...) en contrepartie d'une somme correspondant à environ un an de traitement", a déclaré le porte-parole du ministère Romain Nadal.

M. de Villepin "a demandé en septembre 2013 à bénéficier de ce régime. En application de la réglementation en vigueur, l'administration a répondu favorablement à cette demande", a-t-il ajouté, précisant que le ministre Laurent Fabius "n'avait pas eu à connaître" cette décision. La réglementation en question a cessé d'être en vigueur au 31 décembre 2013, a-t-il aussi indiqué.

Dominique de Villepin a été à la tête du gouvernement de Jacques Chirac de 2005 à 2007.