Virus respiratoire: l'Asie en “alerte maximale”, des cas à Taïwan et en Australie

Mise à jourUn homme a été placé en quarantaine en Australie, suspecté d'être porteur du nouveau virus détecté en Chine proche de celui du Syndrome respiratoire aigu sévère (Sras). De nombreux pays d’Asie ont renforcé mardi leurs contrôles face à la propagation de ce nouveau virus, qui a déjà provoqué la mort de six personnes en Chine et fait craindre une crise sanitaire mondiale. 

Plein écran
Wuhan, province d'Hubei (Chine) © EPA

Les autorités sanitaires de l'État australien du Queensland ont confirmé mardi avoir placé un homme en quarantaine, dans sa maison de Brisbane, en attente de résultats médicaux. Le malade présente des symptômes grippaux après être rentré d'un voyage à Wuhan, ville chinoise de 11 millions d'habitants, où le nouveau virus appartenant à la famille des coronavirus a été pour la première fois détecté.

Proche du Sras

Ce virus, qui peut se transmettre d'humain à humain, est proche de celui qui avait provoqué l'épidémie de Sras en 2002-2003. Elle avait fait 774 morts dans le monde (dont 349 en Chine continentale et 299 à Hong Kong) sur 8.096 cas, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 

Premier cas à Taïwan...

Taïwan a annoncé mardi avoir enregistré un premier cas de maladie due au coronavirus semblable au Sras, une Taïwanaise retournée la veille dans son pays qui vit à Wuhan, la ville du centre de la Chine où la maladie a été la première fois signalée en décembre.

Cette femme âgée d’une cinquantaine d’années est arrivée en proie à de la fièvre, toussant et la gorge douloureuse à l’aéroport de Taoyuan de la capitale Taïpeï où elle a elle-même informé les agents des services de quarantaine de ces symptômes, a précisé le Centre pour le contrôle des maladies (CDC).

La malade a assuré aux responsables sanitaires qu’elle ne s’était rendue sur aucun marché local ni avait eu aucun contact avec des oiseaux ou des animaux sauvages à Wuhan.

Quelque 46 passagers et membres de l’équipage de l’avion dans lequel elle a voyagé devaient subir des examens. 

...et en Australie

Si le virus est confirmé chez cet Australien, il s'agirait du premier cas avéré sur l'île-continent, après que des cas semblables ont été confirmés en Corée du Sud, Thaïlande et Japon, en plus des 218 cas communiqués par la Chine, dont quatre patients chinois décédés. L'Australie comme d'autres pays dont les Etats-Unis, a mis en place un système de surveillance aux aéroports pour filtrer les voyageurs venant de Wuhan et les isoler s'ils présentent des symptômes respiratoires.

Plein écran
Pékin © AFP

77 nouveaux cas en Chine

La Chine a recensé mardi 77 nouveaux cas, portant le total à près de 300, alors que la maladie a fait trois nouvelles victimes à Wuhan (centre), l’épicentre de l’épidémie qui a contaminé plusieurs autres personnes au Japon, en Corée du sud et en Thaïlande.

Et 922 patients restaient en observation dans les hôpitaux chinois, selon les chiffres communiqués par les autorités sanitaires.

Inquiétudes croissantes

Le virus suscite des inquiétudes croissantes en Chine et dans les pays alentour, en plein chassé-croisé dans les transports avant le Nouvel An chinois samedi. Cette période, qui voit traditionnellement gares et aéroports bondés, est un facteur de risque supplémentaire pour la propagation du virus. Zhong Nanshan, un scientifique chinois renommé de la Commission nationale de la santé, a déclaré lundi à la chaîne de télévision d’Etat CCTV que la transmission par contagion entre personnes était “avérée”. 

A Hong Kong, les autorités se disent elles aussi en “alerte maximale”, alors que le souvenir de l’épidémie de Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) qui y avait fait plusieurs centaines de morts en 2002-2003 hante toujours les esprits. “Nous sommes prêts pour le pire. Nous n’avons pas baissé la garde”, a déclaré à la presse Matthew Cheung, numéro deux de l’exécutif hongkongais.

L’aéroport de la ville, l’un des plus fréquentés du monde, procède déjà en temps normal au contrôle thermique de tous les passagers. Ceux qui arrivent de Wuhan doivent également remplir un formulaire. Ils s’exposent à des sanctions pouvant aller jusqu’à 6 mois de prison en cas de mensonge.

Réunion d’urgence à l’OMS

La souche incriminée est un nouveau type de coronavirus, une famille comptant un grand nombre de virus. Ils peuvent provoquer des maladies bénignes chez l’homme (comme un rhume) mais aussi d’autres plus graves comme le Sras. L’OMS a annoncé la tenue mercredi d’une réunion d’urgence pour déterminer s’il convient de déclarer une “urgence de santé publique de portée internationale”, qualification qui n’est utilisée que pour les épidémies les plus graves.