Plein écran
Aka Moon: live au Sounds (Ixelles) en 2005 © AkaMoon.com

Aka Moon a fêté son 20e anniversaire en famille

Ce jeudi soir au Botanique, Aka Moon a rassemblé ses "fidèles" à l'Orangerie pour célébrer en famille ses 20 années d'existence et confirmer, si besoin était, son statut de valeur sûre du jazz belge.

Plein écran
De droite à gauche: Fabrizio Cassol (sax alto), Stéphane Galland (batterie) et Michel Hatzigeorgiou (basse) © AkaMoon.com

En 1992, trois musiciens belges se rencontrent lors d'un voyage en République centrafricaine à la découverte des traditions du peuple Aka. Une expédition humaine qui sera à l'origine d'une amitié et d'un nom, hommage à la genèse d'une complicité: Aka Moon était né.

En 2012, Fabrizio Cassol (saxophone alto), Michel Hatzigeorgiou (basse électrique) et Stéphane Galland (batterie) n'ont plus grand-chose à prouver au sein du Royaume. Depuis vingt ans, le groupe multiplie les projets et repousse les frontières sonores au gré d'expériences aussi nombreuses qu'éclectiques qui auront permis aux trois virtuoses de croiser sur leur chemin des artistes aussi différents que Marc Ducret, Toot Thielemans, Umayalpuram K. Sivaraman (Inde), Baba Sissoko (Mali), DJ Grazzhoppa ou Magik Malik. Vingt années à traverser les océans aussi, pour démontrer leur talent aux quatre coins du globe.

20 ans, 17 albums et une infinité de concerts plus tard, Aka Moon retrouvait le Botanique pour un concert anniversaire devant un parterre d'admirateurs, jeunes, moins jeunes ou, pour certains, fidèles de la première heure. A l'image de cette fascinante complicité artistique fusionnelle et instinctive, l'enthousiasme des suiveurs n'a pas faibli avec les années. Une foule enjouée qui n'a pas manqué à son devoir, gratifiant le trio d'applaudissements nourris tout au long du concert et d'une émouvante ovation finale digne des grands soirs.

En clôture et en cadeau, le public se permettra même d'entonner, en choeur, un chant d'anniversaire chaleureux et sincère: presque familial.

Pourtant peu habitués aux discours solennels, les trois artistes remercieront longuement l'assemblée, le front ruisselant de ceux qui ont tout donné: une explosion d'énergie, une leçon maîtrisée de polyrythmie effrenée.

Si l'on se perd de vue, rendez-vous dans dix ans: même endroit, même heure.

  1. Quelque 57.000 festivaliers ont arpenté le Brussels Summer Festival

    Quelque 57.000 festiva­liers ont arpenté le Brussels Summer Festival

    La 18e édition du Brussels Summer Festival (BSF) se referme dimanche soir sur une fréquentation avoisinant les 57.000 festivaliers sur cinq jours, ont indiqué dimanche en fin d'après-midi les organisateurs qui précisent que le retour du beau temps pour ce dernier soir pourrait gonfler quelque peu ce nombre. La fréquentation avait atteint les 60.000 personnes en 2018. En 2017, sous l'ancienne formule à 10 jours, plus de 115.000 festivaliers avaient pris part à l'événement.