Plein écran
Vue sur la salle du Cirque Royal, lundi, en marge de la conférence de presse sur le bilan et les perspectives © Photo News

Des résultats au-delà des espérances pour le Cirque Royal

Quelque 140.000 spectateurs en un an, 102 dates de spectacles, bien au-delà des 65 prévues, plus de 1.800 artistes et musiciens: si l'on en croit ces chiffres présentés lundi par les autorités de la Ville de Bruxelles et le directeur du Cirque Royal, la salle de spectacles bruxelloise a connu, durant la première année depuis sa remise aux normes, un succès au-delà des espérances.

La gestion de ce lieu culturel a connu quelques remous sur les terrains juridique et politique, depuis que la Ville de Bruxelles a entrepris en 2014 de résilier la concession avec le Botanique et de l'attribuer à Brussels Expo, une ASBL dépendant d'elle et présidée par le bourgmestre Philippe Close. Le Botanique et le Sportpaleis d'Anvers avaient déposé une candidature en association, dans le cadre de l'attribution du nouveau contrat de concession, mais le duo n'avait pas été retenu. La concession à Brussels Expo avait cependant été cassée sur décision de justice. La Ville de Bruxelles avait alors décidé de confier l'exploitation du Cirque Royal à sa Régie foncière. Celle-ci a pris en charge les travaux de rénovation et de mise en conformité des lieux qui ne satisfaisaient plus aux normes de sécurité, au moment de la clôture de la concession au Botanique. Plus de 5,7 millions d'euros ont été injectés dans l'opération.

Selon le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close (PS) et l'échevin en charge de la Régie foncière Khalid Zian (PS), ainsi que le directeur du Cirque Royal, Denis Gerardy, on prévoit de 160 à 165 dates pour la saison 2019-2020, un record depuis la création de la salle. La programmation comprend entre autres des enregistrements d'émissions télévisées, six à dix captations de spectacles, six à huit spectacles privés et deux ou trois spectacles cinématographiques.

D'après Philippe Close, les résultats financiers ont eux aussi dépassé les espérances. La salle de spectacles a un impact significatif sur l'emploi. Les jours de représentations, elle donne de l'emploi direct à une quarantaine de personnes, sans parler de son impact sur les commerces voisins.

D'ici un an, les anciennes écuries situées sous la salle devraient être réaménagées en une salle polyvalente de 320 places pour du show-case, des répétitions, concerts ou réceptions.

Plein écran
Les anciennes écuries devraient prochainement être réaménagées en une salle polyvalente © Photo News
Plein écran
L’échevin Zian, le bourgmestre Close et le directeur Gerardy © Photo News