Plein écran
© photo_news

La tristesse de Charlélie Couture, "une denrée négligeable"

Le chanteur a participé en juillet dernier à l'émission "Les Copains d'abord, 30 ans, 30 chansons" mais lors de la diffusion samedi soir sur France 2, il s'est rendu compte qu'il avait été coupé au montage.

"Je ne suis pas leur copain, d'abord", peut-on lire sur le site de Charlélie Couture. "Non, je n'ai pas menti. Je vous le jure, j'étais bien à La Rochelle le 10 Juillet dernier parmi ceux qui furent filmés pour l'émission dite Les copains d'abord", écrit le chanteur de 58 ans. Il se souvient du long tournage et des nombreux déplacements qu'il a dû faire pour participer à ce concert, donné à l'occasion des 30 ans des Francofolies. "Mais l'équipe de com. avait insisté: Il FAUT que tu y sois, c'est important!"

Samedi soir, Charlélie se trouve à Paris et tombe sur la diffusion de l'émission: "Je regarde le coeur battant, m'étonnant un peu de ne pas voir la moindre image des rencontres que j'ai faites en coulisse qui servaient de liens entre les séquences chantées. Mais bon, je me dis que ça va venir. Mais ça ne vient pas. Ce qui vient, c'est le générique. Et voilà, c'est fini." Il poursuit: "Je vous avoue que je suis un peu abasourdi. J'ai la gorge sèche. Lessivé. Me voilà effacé. Javel. Je n'existe pas. Comme si le poids des années me revenait sur les épaules. Soudain, je suis mort. Mort de fatigue. Dans le jetlag. Je me sens décalé. Qu'est-ce que je fais là?"

L'artiste devient parano, s'inquiète d'un problème technique puis évoque des contraintes commerciales. "Je ne suis pas là souvent. On peut pas me reprocher de squatter les programmes. Alors, qui donc n'aime pas ce que je fais au point d'évacuer les 3 minutes 40 de ma chanson?" Charlélie Couture estime qu'on le considère comme "une denrée négligeable".

Mais il n'est pas le seul à avoir été éjecté du programme. "Les Innocents et Ben l'Oncle Soul que j'ai vus là-bas et deux ou trois autres sont aussi passés à la trappe. J'imagine que ces artistes doivent ressentir la même chose que moi, ce qu'on appelle de la tristesse." Charlélie conclut: "Je suis revenu ici plein d'énergie pour défendre le beau disque ImMortel, mais là, Pif, je viens de prendre un méchant coup derrière la nuque, et je ne sais même pas à qui en vouloir, c'est comme ça. C'est la vie des médias. Je l'ai déjà vécu. Mais pour sûr, ce soir, on me rappelle bien qu'il ne faut jamais y croire et se faire des illusions."