Le duo liégeois Black Moon Tape retourne vingt ans en arrière avec “Hello Ghost”

Il aura fallu vingt années pour que le projet “Hello Ghost” du Liégeois Marcelin Willems, plus connu sous son nom de scène Will Z., voie enfin le jour. Le groupe Black Moon Tape propose, avec cet album, un voyage dans le temps, un retour en arrière et pose un regard tendre sur l’adolescence. Un concert aura lieu au Hangar, à Liège, à l’occasion de la sortie du deuxième opus du groupe.

Plein écran
Will Z. et Pierre Vancraenenbroeck. © Black Moon Tape

Voici de cela 20 ans, le Liégeois Marcelin Willems composait la première ébauche de son projet intitulé “Hello Ghost”. Un album qu’il a dû abandonner à 17 ans, faute de moyens et de connaissances techniques suffisantes. Deux décennies plus tard, Marcelin renaît dans la peau de Will Z. Le musicien est reconnu dans le milieu du rock psychédélique qu’il affectionne particulièrement. Un genre musical rendu populaire dans les années 60 grâce à des groupes comme Pink Floyd, les Doors, les Beatles ou encore les Beach Boys, et qui a influencé par la suite de nombreux groupes. Radiohead, Ghost ou Kasabian, par exemple. 

Avec le groupe Black Moon Tape, composé de Will Z. et Pierre Vancraenenbroeck, le projet “Hello Ghost” revit enfin. “Soudainement, j’étais devenu le producteur et le musicien que j’aurais voulu rencontrer adolescent, explique Will Z. “Je me suis dit qu’il était temps de me réconcilier avec moi-même en finissant cet album et en le sortant.”

Un studio “à l’ancienne” pour des sons “à l’ancienne”

Cet opus est le second du duo liégeois. En tout, “Hello Ghost” comporte dix titres, qui ont en commun le thème de la liberté. Un album qui n’a pas été enregistré chez nous, mais bien à Berlin, au Lightning Recorders. Un studio “à l’ancienne” qui est, en quelque sorte, resté figé dans les années 60. Le lieu idéal pour ces amoureux de cette période. “Nous avons enregistré toutes les bases rythmiques sur des pièces de musée, de la batterie à l’ampli en passant par la console ou l’enregistreur à bandes. Ce son et notre découverte de la ville ont nourri le projet et créé une ambiance très particulière, hors du temps”, explique le multi-instrumentiste et producteur belge.

Cet album est aussi une histoire de partage. Ainsi, de retour de Berlin, Will Z. invite plusieurs artistes pour finaliser l’album, notamment au Studio 5. On retrouve ainsi Éric Trillet, le claviériste qui jouait sur les morceaux d’origine dans les années 90, le groupe namurois Fake Empire, et une section de cordes emmenée par la violoniste hutoise Anne-Claude Dejasse.

L’album est sortir le 5 novembre dernier grâce à l’aide du label Freaksville Records de Benjamin Schoos, et en vinyl sur le label de Los Angeles Nomad Eel Records qui publiait déjà en 2017 le premier album de Black Moon Tape. Un « Release Concert » aura lieu le 30 novembre prochain, au Hangar à Liège, avec la participation de Fake Empire.

Plein écran
Pochette de l'album "Hello Ghost" © Black Moon Tape

Retrouvez ici toute l’actualité de la région de Liège.