Plein écran
© EPA

Le jour où la gentille Taylor Swift a décidé d'arrêter de se taire

Ce sont deux stars de la chanson, deux caractères et deux parcours différents. Dans le documentaire que Netflix avait consacré à Lady Gaga, on avait pu constater que la notoriété ne la rendait pas follement heureuse. C’est pareil pour Taylor Swift qui raconte avec candeur son ascension vers la gloire dans le documentaire “Miss Americana” disponible sur Netflix depuis le 21 janvier. 30 ans à peine mais déjà 15 ans de carrière et beaucoup, beaucoup de solitude. 

Elle raconte qu’il lui a fallu le temps pour comprendre que ce n’était pas normal de n’avoir personne à appeler après avoir livré un show incroyable dans un stade affichant complet. Taylor Swift raconte être “une fille gentille” et on n’a pas de mal à la croire. Le documentaire revient sur le premier couac violent de sa carrière: alors qu’elle exultait d’avoir reçu le premier VMA de sa carrière, elle qui a tant travaillé pour y arriver, Kanye West est monté sur scène pour l’interrompre et dire à tout le monde que Beyoncé aurait dû gagner. Taylor Swift n’a rien dit mais s’est décomposée. Elle a toujours eu peur de ne pas être à sa place. Ce soir-là, Kanye West venait confirmer ses craintes. Si la déception et la peine pouvaient se lire sur son visage à la sortie de la scène, Taylor Swift a refusé de tacler Kanye. “Je ne cherche pas les ennuis.”

Plein écran
© REUTERS

Taylor Swift s’est retrouvée au centre d’un combat perdu d’avance. Du jour au lendemain, les gens se sont mis à la critiquer sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, le hashtag #TaylorSwiftIsOverParty est devenu numéro 1 des tendances. “Vous savez combien de gens doivent tweeter qu’ils vous détestent pour que ça arrive?”, interroge-t-elle. “Quand les gens ont décidé que j’étais méchante, mauvaise, complice et que je n’étais pas une bonne personne, c’était une attaque dont j’ai eu du mal à me remettre. Toute ma vie était centrée sur ça.” Un peu plus tard, ébranlée par les attaques, elle fond en larmes: “Je fais ça depuis 15 ans et je suis fatiguée. C’est bien plus que de la musique maintenant. La plupart du temps, ça va. Mais parfois, ça devient trop bruyant.”

Taylor Swift raconte sans entrer dans les détails la pression incroyable qu’elle subit tous les jours. Elle ne s’en plaint pas, c’est le prix du succès. Mais elle dit s’être “affamée” régulièrement pour paraître toujours plus mince.

Le documentaire raconte surtout comment Taylor, pour plaire à tout le monde et ne surtout pas faire de vagues, s’est perpétuellement auto-censurée. Elle refusait de donner la moindre indication de ses opinions politiques et se contentait de parler de ses chats et de ses chansons. Jusqu’au jour où la candidate républicaine Marsha Blackburn, anti-gay et se moquant des violences faites aux femmes et du harcèlement qu’elles subissent, a commencé à avoir du succès dans la région où elle a vécu. C’est arrivé juste après le procès où Taylor avait été appelée à témoigner contre un homme qui lui avait mis la main sous la jupe. Elle raconte comme elle s’est sentie “déshumanisée” au procès et la rage qui l’animait ensuite. Quand elle a voulu prendre la parole, enfin, pour défendre ses valeurs, on l’a mise en garde: en prenant une position politique, elle risquait de perdre la moitié de son public. Taylor a pris le risque: elle avait, enfin, fini de se taire.

Plein écran
© Photo News

Le documentaire sur Taylor Swift est touchant. On n’a pas forcément l’impression de mieux la connaître parce qu’elle reste, malgré son succès, une personne plutôt secrète, mais on la comprend mieux.