Loïc Nottet a reçu les awards "pop" et "auteur-compositeur" aux D6bels Music Awards.
Plein écran
Loïc Nottet a reçu les awards "pop" et "auteur-compositeur" aux D6bels Music Awards. © RTBF

Loïc Nottet présente son nouvel album: “J’ai envie d’aller là où les gens ne m’attendent pas”

interviewLoïc Nottet fait son grand retour. Après son accident de ski à Noël qui lui a coûté plusieurs semaines de repos forcé, il était présent mercredi sur la scène des D6bels Music Awards pour interpréter en live son nouveau single “Heartbreaker”. Le chanteur de 23 ans, qui a raflé l’award “pop” et “auteur-compositeur” de l’année, en a également profité pour annoncer la date de sortie son deuxième album (qui n’a pas encore de nom), le 20 mars prochain.  

Les DMA te gâtent cette année. Tu as été nominé dans quatre catégories, “pop”, “clip vidéo”, “auteur-compositeur” et “hit de l’année”. Quel effet ça fait?

Ça fait plaisir, c’est une très belle reconnaissance. C’est une manière de mettre en valeur mon travail, c’est super chouette.

Finalement, tu es reparti avec un prix dans la catégorie “pop”, qui t’a été décerné par le public, et un autre dans la catégorie, “auteur-compositeur”, qui t’a cette fois été décerné par le secteur de la musique. Est-ce que ça a une valeur différente d’être récompensé par des pros?

Je ne dirais pas que ça a une autre valeur parce que pour moi les deux sont super importants. Disons que les gens du secteur vont voir plus facilement toutes les petites subtilités de mes morceaux. Je travaille beaucoup sur les détails, et ça me fait plaisir de voir que les gens qui font attention à toutes ces petites subtilités ont compris. Après, les gens comprennent généralement bien mieux la musique qu’on ne le pense, et j’ai la chance d’avoir beaucoup de fans qui me comprennent. Le prix du public, c’est comme quand tu es sage et qu’on te donne un beau cadeau à Noël. Le prix du secteur, c’est comme quand ton institutrice te dit que t’as réussi ton année. Ça te fait plaisir, mais ce n’est pas le même plaisir que tu ressens quand tu reçois ton cadeau de Noël. Il n’y en a pas un qui fait plus plaisir que l’autre.

Lors de la cérémonie, tu as également fait ton retour sur scène après ton accident aux sports d'hiver à Noël. Comment t’es-tu préparé pour cette prestation?

J’ai fait beaucoup de kiné, et je me suis reposé. Heureusement, mes danseurs étaient là pour m’aider. Je voulais absolument proposer un show, et je ne voulais pas qu’on ressente que je suis blessé, mais je n’ai pas vraiment pu danser.

Tu as également des concerts qui approchent, fin mars en France et les 25 et 29 avril à Forest National. Tu te sens prêt?

Pour le mois de mars, les médecins ont un peu peur. J’ai, entre autres, les ligaments déchirés au niveau de l’épaule, du coup ils doivent se refaire et les médecins craignent qu’ils soient un peu trop fragiles pour mars. Apparemment pour Forest National fin avril, ça devrait être bon. Mais d’ici un mois... Les médecins savent que je me donne à fond sur scène, et ça serait bête de me blesser et de devoir tout recommencer, surtout avec les festivals qui arrivent et la promo de l’album qui sort le 20 mars. Il faut que je sois opérationnel. Dans le pire des cas, ça ne serait pas une annulation, mais plutôt un report à l’automne. Je vais tout faire pour ne pas devoir reporter cette tournée, mais si malheureusement je dois le faire, j'écouterai mon corps.

Citation

Une prestation comme aux DMA, c’est très frustrant pour moi, parce que j’ai l’impression de ne rien faire. J’ai l’impression d’être juste sur scène, et pas vraiment présent.

Loïc Nottet

La danse fait partie intégrante de ton spectacle. Une modification du show, ça n’est donc pas imaginable pour toi? 

Non. Une prestation comme aux DMA, c’est très frustrant pour moi, parce que j’ai l’impression de ne rien faire. J’ai l’impression d’être juste sur scène, et pas vraiment présent. Je ne pourrais pas assumer des concerts entiers comme ça. Je me sentirais un peu comme une imposture, comme un voleur. Je sais que quand ils viennent me voir, les gens attendent un vrai show où je danse, parce qu’ils aiment ça. Et moi, j’ai envie de leur donner ça. C’est tout ou rien. Je veux être honnête envers mon public. Il me donne énormément, et je veux lui en donner tout autant. 

Loïc Nottet sur la scène des D6bels Music Awards ce mercredi 19 février.
Plein écran
Loïc Nottet sur la scène des D6bels Music Awards ce mercredi 19 février. © RTBF

Tu viens tout juste de dévoiler la date de sortie de ton deuxième album, qu’on pourra retrouver le 20 mars prochain. Qu’est-ce que tu peux déjà nous dire sur ce nouveau disque?

C’est un album éclectique. C’est de la pop, mais il comporte des “moods” différents. Il y a quatre personnages: un charmeur, comme on a pu l’apercevoir dans “Heartbreaker”, un clown, qu’on a vu dans “Candy”, un mélancolique, avec “Twenty nine” et un enfant, comme on l’a vu dans “On Fire” et cet univers un peu papier. Ces quatre personnages représentent vraiment les phases émotionnelles par lesquelles je suis passé durant la composition de cet album. J’ai vraiment eu envie de faire comme un yin et un yang. Cet album sera un peu comme la lumière de “Selfocracy” [son premier album, NDLR]. J’avais aussi envie de proposer un autre Loïc sur scène. Je n’ai pas du tout envie qu’on me mette dans une case, qu’on se dise, “ok, Loïc Nottet il s’habille en noir, c’est un chanteur de ballade, on a son profil”. Non! J’ai envie de montrer qu’ils ne savent pas qui je suis, parce que moi-même je ne le sais pas, je grandis encore.

Est-ce que tu appréhendes sa sortie?

J’ai très peur de la suite. On a fait deux concerts en avant-première, à l’Ancienne Belgique et à la salle Pleyel, où j’ai présenté tout l’album, et les gens ont très bien réagi. Ils étaient agréablement surpris, je pense qu’ils ne m’attendaient absolument pas là, mais ils ont bien aimé. Maintenant, j’attends l’avis du grand public. Mais si ça ne plaît pas, ou si les gens sont déçus, j’assumerai. J’aurais pu décider de faire un “Selfocracy” bis et faire la même chose toute ma vie mais alors, c’est pas drôle. J’ai 20 ans, c’est le moment d’essayer. J’ai envie d’aller là où on ne m’attend pas.

Au moins, tu te fais plaisir.

Exactement! Et c’est important de se faire plaisir.

  1. “Déjeune avec un chanteur”: l'idée marrante de Cali confiné
    Play

    “Déjeune avec un chanteur”: l'idée marrante de Cali confiné

    Cali a sorti son nouvel album le 13 mars dernier, “Cavale”. Depuis, le coronavirus est passé par là et Cali fait comme tout le monde: au lieu d’assurer sa promo, il est confiné chez lui. Mais ça ne l’empêche pas d’essayer d’aller à la rencontre de son public. Sur Facebook, il s’est filmé en train de manger en proposant à ceux qui se sentent seuls de poser leur téléphone sur la table et de déjeuner avec lui. Une initiative originale qui a trouvé son public si l’on en croit les réactions sous la vidéo.