Plein écran
© belga

Manifestation à Bruxelles pour dénoncer l'organisation de l'Eurovision en Israël

Entre 50 et 100 cyclistes se sont rassemblés samedi matin de 10h à 11h à l'entrée du parc du Cinquantenaire, à hauteur de la petite rue de la Loi à Bruxelles, pour dénoncer l'organisation de l'Eurovision de la chanson en Israël. Ils sillonneront les rues de la capitale toute la journée durant.

Le groupe s'est arrêté vers midi devant les studios de la RTBF et de la VRT pour appeler la direction de ces deux chaînes à renoncer à la retransmission du Concours Eurovision 2019. Cette excursion militante se terminera en fin d'après-midi par un rassemblement sur la place de la Monnaie dans le centre de Bruxelles. L'arrivée est prévue à 16h. Diverses activités seront proposées aux participants et aux passants.

ViaVelo Palestina
Cette manifestation est organisée par le groupe ViaVelo Palestina, avec le soutien de diverses associations parmi lesquelles Présence et Action Culturelle (PAC), l'Association Belgo-Palestinienne, le CNCD 11.11.11. ou encore le syndicat CGSP-ACOD. Elle s'inscrit dans le cadre de la campagne Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS) qui cible Israël.

Territoires occupés
Marianne Samray, coordinatrice de ViaVelo Palestina, explique qu'il s'agit de la 13e édition de cette excursion à vélo pour dénoncer la colonisation des territoires palestiniens occupés et le blocus de Gaza. Cette année, elle cible plus particulièrement l'Eurovision. "Israël organise l'Eurovision de la chanson et cela nous choque parce que cela nous semble être une entreprise de camouflage de toutes les horreurs qui se passent en Palestine", défend Marianne Samray. "Nous trouvons que ces paillettes, ces flonflons et ces chansons n'ont pas lieu d'être dans un pays qui est en guerre permanente".

Ne mettez pas Jérusalem dans les pubs

L'Autorité palestinienne a appelé au retrait des images montrant Jérusalem dans les vidéos promotionnelles de l'Eurovision, accusant Israël de "propagande" à l'approche de la tenue du concours télévisé à Tel-Aviv.

"Notre capitale bien-aimée"
Vendredi, le diffuseur public israélien KAN a diffusé un clip humoristique mettant en scène des touristes venus en Israël pour l'Eurovision. Dans la vidéo, Jérusalem y est présentée comme "notre capitale bien-aimée". Y figurent également des images du Dôme du Rocher, située à Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville occupée depuis 1967 par Israël, qui l'a ensuite annexée.

Capitale "indivisible"
Israël considère tout Jérusalem comme sa capitale "indivisible". Les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

Demande palestinienne
Sans faire explicitement référence à cette vidéo, le ministère des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne à Ramallah a dit avoir demandé à l'Union Européenne de Radio-télévision (UER) de "retirer toute image faisant la promotion de l'Eurovision 2019 filmée à Jérusalem".

"Occupation coloniale"
Le ministère accuse, sur sa page Facebook, Israël d'exploiter l'événement pour "pérenniser son occupation coloniale en normalisant l'acceptation dans le monde de son comportement illégal". "Les contenus promotionnels diffusés dans le cadre du concours de l'Eurovision et approuvés par l'UER sont inacceptables", a ajouté le ministère.

"Propagande" israélienne
Selon le ministère, le "contenu de propagande" israélien "efface l'Etat de Palestine de la carte". L'Eurovision "devrait être incompatible avec les pratiques du colonialisme et de l'occupation", a-t-il poursuivi.

Stéréotypes négatifs
Sur les réseaux sociaux, des Israéliens ont également critiqué le mauvais goût de ce clip censé mettre en scène les stéréotypes négatifs sur Israël avec auto-dérision. "Nous connaissons nos défauts, nous n'avons pas honte d'en rire", s'est défendu KAN sur Twitter.

Du 14 au 18 mai
L'Eurovision se tiendra à Tel-Aviv du 14 au 18 mai. Des appels au boycott ont été lancés, notamment par le BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions), une campagne mondiale de boycott d'Israël visant à obtenir la fin de l'occupation et de la colonisation des Territoires palestiniens.