Plein écran
Catherine Lara © Photo News

Une nouvelle artiste se plaint des “Enfoirés”

La chanteuse Catherine Lara a décidé de quitter la troupe des Enfoirés en 2012. Pour elle, à l’instar d’Hélène Ségara ou de Slimane, les costumes sont devenus trop importants dans les spectacles et ils sont “ridicules”.

L’interprète de “Nuit magique” s’est confiée au micro de la radio RTL sur les raisons de son départ de l’association. Catherine Lara est l’une des premières artistes à avoir participé aux concerts aux côtés de Coluche, pour venir en aide aux plus démunis. Elle se souvient du début des années 1990: “J’ai adoré. C’était formidable. J’étais là au début, quand il n’y avait pas un rat. On était un peu seuls, on était un peu paumés, mais on chantait. Il y avait Eddy Mitchell, Coluche”.

Puis les choses ont changé quand on lui a demandé de se déguiser: “Il faut partir quand tout va bien, quand tout est encore merveilleux et qu’on n’a pas cette sensation d’être ridicule. Je n’étais pas à l’aise avec les déguisements, je n’avais plus envie. Je disais toujours: ‘Allez, arrêtez de me filer des déguisements idiots, ça ne me va pas du tout. Qu’est-ce que je vais aller m’habiller en bonbonnière ou en je ne sais pas quoi’. Donc j’ai eu envie de partir et je l’ai fait”. La chanteuse n’est pas amère pour autant. Elle veut laisser la “place aux jeunes”, avec leurs nouvelles idées pour apporter de l’argent à l’association. 

Il y a quelques mois, d’autres artistes s’étaient plaints de la nouvelle tournure que prenaient les spectacles des “Enfoirés”. Hélène Ségara, qui a quitté la troupe en 2016, a déclaré qu’elle avait ressenti une certaine lassitude. “Dix-sept ans, c’est beaucoup”, a-t-elle expliqué. “À répéter, à apprendre les chansons de ceux qui ne viennent que pour les captations. À avoir l’humilité d’accepter les chansons qu’on voulait me donner et celles que les autres exigeaient d’avoir. À avoir l’humilité d’accepter le costume le plus ridicule”. De nombreux artistes ont critiqué l’ambiance différente qui règne dans la troupe depuis le départ de Jean-Jacques Goldman.