Plein écran
© getty

"Abdel ne nous a ni frappées, ni torturées"

Plein écran
© epa
Plein écran
© afp

Abdellatif Kechiche est furieux contre Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos, les deux actrices qu'il a dirigées pour le film "La vie d'Adèle", Palme d'or à Cannes. Les deux jeunes femmes ont en effet à plusieurs reprises affirmé dans les médias que le réalisateur avait été dur avec elles, les obligeant à tourner cent fois la même scène et poussant des crises de colère.

Vu la réaction très énervée de Kechiche, Adèle Exarchopoulos est revenue sur ses propos envers celui qu'elle surnomme "Abdel", afin de calmer la polémique entourant le long-métrage.

Tout d'abord, l'actrice a expliqué aux Inrocks qu'elle en a voulu au réalisateur dans le cadre du film. "Quand tu joues la souffrance, il est évident qu'à un moment tu en veux à celui qui te la fait jouer comme s'il te l'infligeait", affirme-t-elle, ajoutant que Kechiche ne l'a "ni frappée, ni torturée".

Ensuite, la star affirme que la "dureté du tournage" est liée à la "beauté du film" et ajoute que, si elle a parfois été fâchée contre le réalisateur, elle est "sûre qu'il comprend que c'était pour le film".

Enfin, Adèle termine en jetant des fleurs au film, au tournage et à Kechiche, qu'elle va même jusqu'à qualifier de "génie". "'La vie d'Adèle' a été une école magnifique. J'ai appris sur moi et mon métier comme jamais. Abdel m'a tirée vers le haut... Tout le reste, c'est des conneries. Abdel et Léa, je les aimerai toujours, je ne les oublierai jamais", a-t-elle conclu.