Accusé de harcèlement, Hugo Clément n'a pas l'intention de s'excuser

VideoLe journaliste a réagi dans l'émission "C à Vous" aux accusations de harcèlement qui pèsent contre lui.

En novembre 2017, Nassira El Moaddem, ex-journaliste du Bondy Blog, avait accusé un groupe de trois étudiants de sa promotion, dont Hugo Clément et son ancien acolyte de l'émission "Quotidien" Martin Weil, de l'avoir harcelée lorsqu'ils fréquentaient les bancs de l'École supérieure de journalisme de Lille. Un témoignage qui est revenu à la surface suite aux récentes révélations sur la Ligue du LOL.

Invité ce jeudi soir sur le plateau de "C à Vous", Hugo Clément a nié en bloc les accusations qui pèsent contre lui. "Il n'y a pas eu de harcèlement", a-t-il déclaré avant de refuser de présenter ses excuses à Nadia El Moaddem. "Je m'excuse quand j'ai fait une faute, et il n'y a pas de faute", a-t-il lancé. Selon lui, il s'agit d'un "règlement de comptes entre étudiants qui ne s'entendaient pas, qui ne s'entendent toujours pas aujourd'hui, où on essaye de faire passer une blague téléphonique, comme ça arrive très fréquemment dans les écoles, et qu'on m'a faite à moi aussi, pour du harcèlement, ce qui est absolument scandaleux". 

"Dire que c'est du harcèlement, (...) c'est de la diffamation et on ne se laissera pas déstabiliser par ce genre de calomnie", a-t-il ajouté avant de préciser qu'il se laissait le droit de porter plainte.

Droit de réponse
Suite aux explications d'Hugo Clément, Nassira El Moaddem a une nouvelle fois affirmé qu'il s'agissait bien de harcèlement. "Ce qu'il qualifie de 'blague' est bien un harcèlement comme l'affirme le directeur de l'ESJ Lille de l'époque. Quant aux intimidations de poursuites judiciaires, elles ne me feront pas taire. Je demande un droit de réponse", a écrit la journaliste sur Twitter.

Canular téléphonique et rumeurs

Sur Twitter et dans un article publié sur le site Medium, Nassira El Moaddem a raconté ce qu'elle a vécu durant ses années d'études à Lille. "Trois étudiants de ma promotion, de mon groupe de télévision, qui à deux reprises se sont fait passer au téléphone pour les ressources humaines de Radio France me faisant miroiter un recrutement et propageaient des rumeurs à mon encontre au sein de l'école: je cherchais à voler la place d'autres étudiants dans des médias, je mentais sur mon CV, j'étais ambitieuse au point de vouloir écraser les autres".

"Ces mêmes étudiants 's'amusaient' également à diffuser sur les ordinateurs de l'école le clip La Zoubida avant nos cours de télévision (j'étais la seule étudiante d'origine arabe dans le groupe) et l'un d'entre eux, délégué des élèves de notre promotion, prenait un plaisir à me surnommer 'Saddam'".

À l'époque, la jeune femme avait déposé une main courante et avait averti la direction de son école "sans que ceci ne débouche sur un résultat concret".