Plein écran
© ap

Affaire Bob Dylan: la Croatie souhaite juste des excuses

UpdateL'association croate qui a porté plainte contre Bob Dylan souhaite des excuses du chanteur américain plus qu'une condamnation par la justice française pour ses propos tenus à l'égard des Croates, a indiqué mardi l'avocat de l'association.

Plein écran
Bob Dylan et Joan Baez lors de la Marche vers Washington pour le travail et la liberté (1963). Martin Luther King y fit son discours historique "I Have a Dream" © reuters

"Nous espérons qu'il s'excusera et nous sommes prêts à accepter ses excuses", a déclaré Ivan Jurasinovic, avocat du Conseil représentatif de la communauté et des institutions croates de France (CRICCF). "Une condamnation ne répare pas autant que des excuses", a ajouté l'avocat, en insistant sur le caractère public que devraient avoir de tels regrets en raison de "la violence du propos".

Mise en examen
Bob Dylan a été "mis en examen" (inculpé en droit français) à la mi-novembre par la justice et sera jugé pour avoir comparé les Croates aux nazis, dans une interview publiée en octobre 2012 dans l'édition française du magazine Rolling Stone.

Le chanteur a été inculpé, ce qui est automatique dans ce type de procédure de presse, pour "injure" et "provocation à la haine", à la suite de la plainte du CRICCF.

Déclaration
Dans cette interview, portant notamment sur son engagement historique dans le mouvement pour les droits civiques des Noirs, Bob Dylan déclarait: "Si vous avez du Ku Klux Klan dans le sang, les Noirs peuvent le sentir, même encore aujourd'hui. Tout comme les juifs peuvent sentir le sang nazi et les Serbes le sang croate".

Qu'en pensent les Serbes?
"Je crois comprendre qu'il fait référence aux extrémistes et pas à l'ensemble d'une nation et qu'il se réfère à une partie de l'histoire qui ne peut pas être gommée", a déclaré à l'AFP Duda Bezuha, un guitariste appartenant à la première génération du rock serbe.

Les Oustachis, alliés de l'Allemagne nazie
Pendant la Seconde guerre mondiale, le régime croate des Oustachis, allié aux nazis qui avaient créé une Croatie indépendante sur les ruines du royaume de Yougoslavie, a provoqué la mort de centaines de milliers de Serbes, de juifs, de tziganes et de Croates antifascistes dans les camps de concentration qu'il avait mis mis en place.

Liberté d'expression
Faisant valoir être né d'un mariage entre une Croate et un Serbe, M. Bezuha a noté que le chanteur américain avait "parfaitement le droit de dire ce qu'il pense". "Certains voudraient que l'on se souvienne uniquement de l'histoire à partir des années 1990 (ndlr : décennie de l'éclatement de l'ex-Yougoslavie, dans une série de guerres sanglantes) et pas de ce qui les a précédées. Ceux qui réagissent à ces déclarations se sont sentis montrés du doigt", a-t-il insisté.

Période trouble de l'histoire croate
Pour le secrétaire général de l'Union des musiciens croates, Zvonimir Bucevic, "la manière dont Dylan a généralisé les choses est inacceptable" "Je veux croire qu'il a commis une erreur. S'il avait dit que le Serbe peut sentir un Oustachi, cela aurait été acceptable puisqu'il avait auparavant fait le lien entre les juifs et les nazis", a-t-il poursuivi.

Nuance
A Belgrade, Aleksandar Petrovic, figure de proue du rock celtique en Serbie, a pour sa part évoqué la liberté d'expression. "Il a le droit de dire ce qu'il pense et cela n'est pas censé plaire à tout le monde. Je dirais que certaines choses (ndlr : l'épisode nazi de l'histoire croate) ne peuvent pas être maquillées. Et il faut surtout dire que tous les Croates ne sont pas des Oustachis", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Dur à avaler"
Néanmoins, Vladimir Djuric, publiciste et musicien, a trouvé les déclarations de Bob Dylan "dures à avaler". "On ne s'attendrait pas de lui à des déclarations nazies ou racistes. Cela me paraît assez curieux (...)", a-t-il dit.

La Croatie et la Serbie se sont affrontées après l'effondrement de la Yougoslavie et la déclaration d'indépendance de Zagreb, dans une guerre qui a duré de 1991 à 1995 et fait quelque 20.000 morts.