Alec Baldwin est Kim Basinger font partie des couples les plus puissants de l'époque
Plein écran
Alec Baldwin est Kim Basinger font partie des couples les plus puissants de l'époque © getty

Alec Baldwin et Kim Basinger se sont déchirés: “J’ai pensé au suicide, mais je ne lui ai pas fait ce cadeau”

Leur histoire ressemblait à une comédie romantique hollywoodienne, l’union d’Alec Baldwin et Kim Basinger, aujourd’hui respectivement 61 et 66 ans, a cependant tourné au vinaigre. Le couple le plus envié des années 90 finira par se haïr et se faire les pires coups bas.

Il était tombé amoureux d’elle malgré sa sulfureuse réputation: Alec Baldwin s’en sera finalement mordu les doigts. L’actrice au caractère bien trempé, qui a triomphé notamment après sa prestation érotique dans “9 semaines et demi”, a un penchant pour la cocaïne et les hommes célèbres, mais l’acteur n’a d’yeux que pour elle et finit par la séduire. On lui attribue des liaisons avec Prince et Richard Gere, et elle ne se cache pas de son attrait pour la bagatelle: “J’aime les hommes et le sexe”, affirme-t-elle sans fard. Mais Alec espère ravir son cœur pour toujours et la demande en mariage. Il va jusqu’à régler les moindres détails et harcèle sa sœur le jour J pour s’assurer que Kim se rendra à l’autel. Ils se marient et sont perçus durant de nombreuses années comme l’un des couples les plus puissants d’Hollywood. 

Obsédés

Mais le public ne sait rien de leur vraie nature. Rapidement, le couple est redouté pour son attitude déplacée et ingérable sur les plateaux. On leur reproche notamment des rapports sexuels affichés et dégradants en plein tournage de “The Marrying Man”, où ils se donnaient la réplique autant qu'ils se bagarraient. Les techniciens se souviennent de l’obsession pathologique de Kim Basinger pour le sexe et de sa manière d’humilier Alec à ce niveau. Elle le forçait par exemple à porter des sous-vêtements tandis qu’elle s’installait jambes  écartées sur la chaise du réalisateur et le sommait d’exécuter certains actes sexuels. Alec était colérique, susceptible et capricieux. Tout le métier craignait de collaborer avec eux.

KIm Basinger et Alec Baldwin au début de leur relation
Plein écran
KIm Basinger et Alec Baldwin au début de leur relation © Getty (Gamma-Rapho)

Alors que le couple va divorcer, Kim tombe enceinte d’Ireland. Mais leur fille ne sauve pas leur couple. En 2000, elle demande finalement le divorce. Un nouveau volet du cauchemar commence. Kim parvient à faire valoir que le caractère d’Alec l’empêche d’élever sa fille et il n’a le droit de l’appeler qu’à une heure fixe, sans la voir. Alors que la petite fille a manqué un appel, fou de rage, il se met à insulter l’enfant, la traitait de porc sans cervelle. Mais Kim a fait mettre son téléphone sur écoute au profit de la chaîne TMZ et la conversation fait la une de toute la presse à scandale. Alec perd le soutien de sa famille, ses amis, mais aussi du milieu du cinéma. Le coup du père indigne ne passe pas. 

“Ce divorce fut comme un cancer à combattre”

Alec Baldwin commente la guerre sans merci qu’ils se sont alors livrée: “C’était tellement douloureux. Comme si j’avais eu la tête dans la boue durant six ans, je ne sais même pas me rappeler ce que j’ai fait toutes ces années. Ce procès fut comme un cancer que j’avais à combattre. Kim pouvait être drôle et atroce à la fois. Tout tournait autour d’elle. Alors qu’elle pleurait tous les jours au sujet d'une interdiction de contact qu’elle voulait demander au juge, elle se mettait ensuite à chercher dans quelle tenue elle allait lui faire le plus d’effet. Cela me brisait le cœur”, écrit-il dans sa biographie.

L’acteur a lui aussi un côté belliqueux qui lui vaut alors de nombreux ennuis, notamment pour une crise de colère à bord d'un avion ou des heurts avec la police. Lorsqu’il réalise que Kim a donné l’accès à sa boîte vocale à la presse, qu’il est au plus bas de sa carrière et qu’il a des démêlés avec la justice, il craque: “J’ai pensé à me suicider, mais finalement, il a été hors de question pour moi de lui faire ce plaisir”, lâche-t-il dans son livre. “Kim aurait pu continuer à m’humilier et aurait vu ma mort comme une victoire”. 

“Je fantasmais à l’idée de tuer l’avocat de Kim”

Il reprend les mots de son propre père: “Être parents, c’est une bataille entre deux personnes où le père finit toujours avec la médaille de bronze”. Dans une interview avec Vanity Fair en 2012, il avait avoué une chose terrible: “Je fantasmais à l’idée d’assassiner l’avocat de Kim à la batte de baseball”. Il reconnaît avoir souhaité une mort terrible au rédacteur en chef de TMZ qui a ruiné sa carrière à ses yeux. “Je voulais lui planter un couteau et espérait qu’il rende son dernier soupir en me regardant dans les yeux”. 

Aujourd’hui heureux en amour auprès de sa nouvelle femme qui lui a redonné un certain équilibre et quatre autres enfants, il regarde ce divorce sanglant avec plus de recul: “A un moment donné, ça suffit. Le temps guérit toutes les blessures. Mon ex est sans doute l’une des plus belles femmes du monde et le divorce ne change rien à cela”. Il essaie désormais de se rattraper avec un nouveau souffle dans sa carrière et ses plus jeunes enfants, en leur donnant le temps qu’il n’a jamais donné à Ireland. “J’aimerais n’avoir que 50 ans, mais la vie est ce qu’elle est, il n’y a pas de bouton pause. Ni de bouton pour retourner en arrière”, conclut-il, philosophe.

Alec Baldwin et Ireland
Plein écran
Alec Baldwin et Ireland © EPA
  1. Lady Gaga récolte 35 millions de dollars en sept jours et annonce un concert virtuel à l’affiche incroyable
    Play
    Coronavirus

    Lady Gaga récolte 35 millions de dollars en sept jours et annonce un concert virtuel à l’affiche incroyable

    Lady Gaga a dû reporter la sortie de son nouvel album et annuler la prestation secrète qu’elle avait prévue à Coachella pour l’occasion. Elle ne reste pas pour autant les bras croisés. La star a recueilli 35 millions de dollars au cours des sept derniers jours pour le Fonds de réponse solidaire Covid-19 de l’Organisation Mondiale de la Santé. Toujours avec l’OMS et Global Citizen, elle lancera le festival virutel “One World Together at Home” le 18 avril. Billie Eilish, Coldplay, Lizzo, Paul McCartney, Stevie Wonder et Elton John s’y produiront. “Nous voulons célébrer et encourager le pouvoir de l’humain”, a-t-elle précisé.