Plein écran
© Droit dans le soleil

"Cantat souffre et porte le poids de ce qu'il a fait"

A l'occasion de la sortie de "Droit dans le soleil", le premier single du nouvel album à paraître fin novembre de Bertrand Cantat, le directeur de sa maison de disques s'est justifié au micro de RTL ce lundi soir.

"On savait que la sortie du single allait susciter beaucoup de réactions. On a des réactions de gens indignés et puis surtout des réactions très positives", a souligné Olivier Caillart, interviewé par Marc-Olivier Fogiel.

Le droit à une dernière chance
Le patron de Barclay évoque un homme qui "souffre énormément" et qui "porte le poids de ce qu'il a fait depuis dix ans". Quelqu'un qui est également très conscient des polémiques qu'il suscite: "Il voit bien depuis dix ans que ses moindres faits et gestes suscitent beaucoup de réactions." Mais Bertrand Cantat "fait partie des gens qui pensent qu'il a le droit à une dernière chance".

Condamné en 2003 pour l'homicide de Marie Trintignant puis libéré en 2010, le chanteur de 49 ans vit à présent avec ses enfants de 11 et 14 ans, rapporte Closer. Olivier Caillart assure que les parents de Krisztina Rady se sont "désolidarisés" de leur avocate qui souhaitait réouvrir le dossier du décès de la femme de Cantat. Avant de se suicider, Krisztina aurait laissé entendre que son mari la battait.

"Les parents de Krisztina étaient chez Bertrand il y a encore deux week-ends, donc j'imagine que s'ils pensaient avoir affaire à un meurtrier et un castagneur, ils ne passeraient pas le week-end chez lui", déclare le directeur de Barclay.