Plein écran
© photo_news

Carla Bruni prend le métro déguisée

A quelques semaines des élections présidentielles en France, Carla Bruni revient sur son rôle de première dame de France dans les colonnes du Nouvel Observateur. L'épouse du président français en profite également pour dénoncer une campagne "anti-Sarkozy".

Plein écran
© reuters
Plein écran
© reuters
Plein écran
© photo_news

Pour Carla Bruni, il est important que l'épouse du candidat reste à sa place. Selon elle, les Français élisent un candidat et non pas un couple. "Nicolas m'a toujours dit que la campagne était faite à 98% par le candidat, seul. Les gens n'apprécient pas l'intervention de l'épouse, quelle qu'elle soit. C'est une affaire de place. Rester à sa place est très important surtout quand cette place est si visible", confie-t-elle.

Lady Carla
Toutefois, la première dame de France est consciente d'être très médiatisée. Interrogée sur ses actions caritatives, elle en rigole. "A côté de Mme Pompidou, avec mon expérience des médias, je suis Lady Gaga!", lance-t-elle avec humour.

Perruques
C'est la raison pour laquelle, elle a pris l'habitude de se déguiser pour sortir. "La notoriété ne me pèse pas, et puis je me déguise au sens propre comme figuré. Avec une perruque, personne ne me reconnaît dans le métro. Récemment, on a encore fouillé mon sac au Musée de la Marine", ironise-t-elle.

Anti-Sarkozysme
Pour Carla Bruni, cela ne fait aucun doute, son mari sera réélu. "Les gens semblent aimer Nicolas", affirme-t-elle. Toutefois, la chanteuse dénonce une certaine croisade anti-Sarkozy de la part des médias. "Sur le terrain, je ne ressens pas d'agressivité, les gens semblent aimer Nicolas. L'anti-sarkozysme est un phénomène d'élite parisienne".

Et la première dame de France de conclure en indiquant qu'en cas de défaite, son mari se retirera de la politique. "Ce n'est pas un homme de demi-mesure".