Plein écran
Christophe Ruggia © AFP

Christophe Ruggia répond aux accusations d’Adèle Haenel

Le réalisateur parle “d’erreur” et demande à l’actrice de le “pardonner”.

Christophe Ruggia se défend aujourd’hui des accusations d’agressions sexuelles et de harcèlement dont il fait l’objet. En réponse au rapport diffusé par Médiapart, il soutient avoir “commis l’erreur de jouer les pygmalions avec les malentendus et les entraves qu’une telle posture suscite”. Il parle d’une “emprise du metteur en scène à l’égard de l’actrice”. Il évoque une “relation particulière qui nous a unis autour de notre amour commun du cinéma”. Enfin, il précise: “À l’époque, je n’avais pas vu que mon adulation et les espoirs que je plaçais en elle avaient pu lui apparaître, compte tenu de son jeune âge, comme pénibles à certains moments. Si c’est le cas et si elle le peut, je lui demande de me pardonner”. 

Dans une enquête publiée par Mediapart, Adèle Haenel accuse le réalisateur Christophe Ruggia d’avoir pratiqué des “attouchements” et de l’avoir “harcelée sexuellement” pendant trois ans, alors qu’elle était encore une adolescente. Le Parquet de Paris a pris, ce mercredi, la décision d’ouvrir une enquête pour des chefs d’”agressions sexuelles” sur mineure de moins de 15 ans “par personne ayant autorité” et de “harcèlement sexuel”.

Plein écran
Adèle Haenel © AFP