Plein écran
© photo_news

Dick Rivers, c'était aussi ça

UpdateDepuis l'annonce de sa mort ce mercredi 24 avril, de nombreuses anecdotes sur l'attachant et surprenant Dick Rivers refont surface.

Dick Rivers est décédé le jour de ses 74 ans, soit au même âge que 
Johnny Hallyday.

Son vrai nom était Hervé Forneri. Il a adopté son pseudonyme très tôt dans sa carrière, s'inspirant du personnage joué par son idole Elvis, Deke Rivers, dans un film de 1957 intitulé "Loving You". 

Premier disque à 16 ans
Avec Les Chats Sauvages, le groupe qu'il a fondé avec des amis d'école, il sort son premier 45 tours en 1961, le jour de ses 16 ans. Un an plus tard, ils connaissent le succès avec "Twist à Saint-Tropez", aujourd'hui un classique de la période "yéyé".

Romancier, acteur et présentateur télé
Dick Rivers a écrit deux romans: "Complot à Memphis" en 1989 et "Texas Blues" en 2001. Il a aussi fait un peu de cinéma avec Jean-Pierre Mocky ("La Candide Madame Duff" en 1999 puis "Le Furet" en 2003).

Le chanteur, décidément touche-à-tout, a même présenté une émission... érotique. C'était en 2005 sur la chaîne Paris Première. Le nom du show, "Paris Playmate, l'ultime séance," était un clin d'oeil à l'émission de son confrère Eddy Mitchell, "La Dernière Séance". Il a également été chroniqueur radio pour RMC et France Bleu. 

Dans un autre genre, c'est lui qui prête sa voix au terrible Shere Kahn dans la version française du "Livre de la Jungle 2". On peut également l'entendre dans "Tarzan 2" et "Arthur et les Minimoys".

Invité par George Lucas au festival de Cannes
Sa fille adoptive Natala a eu une relation de trois ans avec George Lucas, le réalisateur de Star Wars. En 2005, ce dernier l'a invité à monter les marches à Cannes pour la sortie de "La Revanche Des Siths". "Les photographes me disaient: 'mais Dick qu'est-ce que tu fous là?'. Je leur répondais: 'c'est moi qui joue Dark Vador!'"

En 1989, il sort l'album-concept "Linda Lu Baker" en hommage à une célèbre strip-teaseuse américaine des années 60. Frédéric Mitterrand ouvre ce dernier avec son célèbre "Bonsoir".

Plein écran
© photo_news

Avec Elvis, "on a quand même parlé pendant trois minutes"
Dick Rivers a rencontré une seule fois Elvis Presley, à Las Vegas en 1969. Une photo des deux hommes trône en bonne place dans le salon du chanteur. "On a quand même parlé pendant trois minutes. Avec certaines personnes, cela peut-être long."

Dans son autobiographie, le rockeur explique avoir un jour insulté... Janis Joplin. "Un soir, une chanteuse s'est mise à gueuler sur scène. Elle était visiblement bourrée. Johnny, Jean-Jacques Debout et moi avons commencé à l'insulter en anglais et en français. 'Casse-toi', 'Ta gueule!'. C'était insupportable. On a appris le lendemain que la fille qui chantait s'appelait Janis Joplin. Mon dieu que c'était mauvais!"

Dick Rivers est le seul artiste français à avoir été invité par John Lennon et Paul McCartney pour une émission de Noël à Manchester, "The Music Of Lennon & McCartney". C'était en 1965 (voir la vidéo ci-dessous).

Plein écran
© DR

Une seconde jeunesse
Au début des années 70, il demanda à Coluche, encore inconnu, de faire sa première partie à l'Olympia. À la même époque, il est très proche d'Alain Bashung, "son frère de musique". Celui-ci dirigea trois de ses albums. Sous le nom de Rock Band Revival, ils enregistrent également un album de reprises de classiques américains, où ils chantent à tour de rôle.

Morris, dessinateur de Lucky Luke, a fait la couverture de son album Mississippi Rivers, paru en 1976.

Parfois moqué pour son syle jugé "ringard", Dick Rivers a paradoxalement connu une seconde jeunesse dans les années 90 grâce à Antoine De Caunes et son personnage caricatural de Didier L'Embrouille. "Antoine est un ami. Et il m'a fait du bien aussi. Tous les gens qui regardaient Canal + dans les années 90, tous ces jeunes qui m'ont découvert grâce à Didier l'Embrouille n'en auraient rien eu à foutre de moi. Je n'ai jamais été à la mode", avait-il expliqué à La Libre Belgique en 2008. 

Dans les années 2000, il a pourtant multiplié les collaborations avec la jeune génération: Julien Doré (une reprise du tube des années 80 "Africa" pour Taratata), Mickey 3D, Mathieu Boogaerts, -M- ou encore Benjamin Biolay.

Les Santiags, "une marque de merde"
A propos des Santiags, il disait: "C'est une marque de merde espagnole, des copies pas chères de bottes américaines et c'est resté dans l'esprit de beaucoup de monde". Connu pour son sens de la formule, il disait non sans humour ne pas vivre "dans un juke-box" lorsqu'on lui rappellait son éternel look de rockeur.

Lorsqu'on lui demandait s'il était satisfait de sa carrière et s'il regrettait d'avoir connu moins de succès que Johnny et Eddy Mitchell, il répondait: "Je suis un éternel débutant. Je fais cela depuis 50 ans et je vis comme je l'entends".

Plein écran
© photo_news
Plein écran
© photo_news
Plein écran
© photo_news