Plein écran
© photo_news

Drogue et Carla Bruni, Julien Clerc dit tout

Julien Clerc est de retour avec un tout nouvel album "Partout la musique vient". Occasion pour le chanteur de 67 ans de faire le point sur ses 46 ans de carrière. Et c'est sans tabou qu'il se confie au magazine VSD.

L'interprète de "Ma préférence" revient notamment sur sa prise de drogue à une certaine époque. "J'ai un corps qui ne supporte pas bien tout ça. Mon dernier pétard date d'il y a 25 ans. J'avais terminé allongé dans l'herbe, avec l'impression que je mourais", reconnait-il.

La coke me faisait mal au nez
"Quant à la coke, c'était encore avant. Mais ça me faisait mal au nez, ça me coulait dans la gorge, c'est très mauvais pour un chanteur. Je suis passé au travers de tout ça sans trop me bousiller les cordes vocales. Mais cette époque de déconne est celle où j'ai chanté le moins bien".

Julien Clerc revient également sur son amie, Carla Bruni. Le chanteur regrette la réaction de certains en apprenant sa relation avec l'ancien président français. "Les Sarkozy sont épatants", dit-il en évoquant cependant "la personnalité complètement différente" de Nicolas. "Mais c'est le mari de ma copine", lance-t-il.

Les malheurs de Carla
"Carla aime son mari. Elle est contente. Mais ce qui a été violent, ce sont tous ces gens qui se sont détournés d'elle après son mariage avec Sarkozy. C'était l'icône d'une certaine gauche, celle des Inrocks, elle avait un réseau de journalistes de toutes obédiences et, à cause de son mariage, on ne l'écoute plus".

En matière de politique toujours, Julien Clerc se souvient notamment de sa rencontre avec François Mitterrand. "Je suis heureux d'avoir côtoyé François Mitterrand. Il était absolument passionnant, il adorait rire", explique-t-il. "Il prenait ma fille sur ses genoux. Il n'a jamais essayé de me récupérer. Très, très intelligent. Mais c'était puissant parce qu'il fallait relancer la conversation. Tenter d'être à la hauteur".