Plein écran
Archives: Jamie Oliver en cuisine en 2015, bien avant la débandade de son empire © EPA

En faillite, Jamie Oliver fait son mea culpa: “J’ai été naïf et arrogant”

La fin de la chaîne de restaurants de Jamie Oliver est un fait. Le chef britannique de 44 ans avait reconnu plus tôt cette année que cet échec professionnel coûteux était essentiellement sa faute, il réitère son mea culpa dans un documentaire dédié. “Nous avons été vaniteux, nous pensions réussir tout ce que nous entreprendrions”, confesse-t-il. 

L’opération marketing autour du chef bien-aimé des téléspectateurs Jamie Oliver s’est soldée par un échec cuisant, du moins au niveau de sa chaîne de restaurants. Dans un nouveau documentaire, le cuisinier qui avait donné un nouveau souffle aux émissions culinaires avec sa fraîcheur et sa simplicité se confie sans fard. Dans “Jamie Oliver: The Naked Chef Bares All”, le chef essuie ses larmes à plusieurs reprises. En mai dernier, la quasi totalité des restaurants de son empire fermaient leurs portes. Il ne s’en remet pas: “Je suis complètement détruit”, affirme-t-il.

Plein écran
Jamie Oliver, avec sa simplicité et sa spontanéité, était le chouchou des chefs médiatisés au Royaume-Uni © AFP

Lorsque le chef s’est aperçu que les affaires allaient très mal, il a - selon ses propres dires - sorti tout l’argent qu’il pouvait de ses réserves personnelles. “Financièrement, j’ai épuisé absolument tout ce que j’avais, j’ai utilisé toutes les cartes de crédit possibles et imaginables, j’ai eu recours à tous les trucs, j’ai fait appel à tous mes contacts”, raconte-t-il. Si tous ses efforts se sont malgré tout soldés par un échec, c’est parce que, selon lui, il n’a pas l’âme d’un entrepreneur. “J’étais bon pour gérer mon restaurant, mais je ne dirais pas de moi que je suis un bon homme d’affaires”, résume-t-il. 

Plein écran
Les Jamie’s Italian ont pris l’eau © Jamie's Italian

Jamie Oliver a manqué d’expérience et de ressources face à la complexité de gérer une chaîne de restaurants. “Il est extrêmement compliqué de survivre dans ce secteur et j’ai été particulièrement naïf”. Le cuisinier qui est en lui a réalisé, mais trop tard, que les gens préfèrent les petites enseignes aux grosses chaînes. C’est comme cela que les restaurants Jamie’s Italian ont bu la tasse. “Vous vous retrouvez avec des cathédrales vides”, explique-t-il. 

Cet échec n’a évidemment pas eu d’impact que sur la vie de Jamie Oliver. Ce sont plus de 1.000 employés qui se sont retrouvés sans travail après la faillite. C’est ce qui l’a le plus marqué. “Quand une entreprise sombre, le plus douloureux est incontestablement de devoir dire au personnel, celui qui a tant travaillé pour vous et auquel vous tenez tant, qu’il n’a plus d’emploi”. Il a cependant fait les choses le plus correctement possible: “Chaque jour de travail a été payé jusqu’au bout, j’y ai personnellement veillé”. 

Plein écran
Jusqu’au bout, Jamie Oliver a essayé de sauver les meubles, en présentant par exemple ses livres de recettes à succès dans ses restaurants. En vain. © ANP