Plein écran
Géraldine Maillet. © Capture d'écran C8

Géraldine Maillet défend son compagnon Daniel Riolo après ses propos sur l’affaire Neymar

La chroniqueuse a pris la défense de son compagnon qui a été suspendu de l’antenne de RMC Sport après ses propos contre l’accusatrice de Neymar. 

“Je m’attendais à ce que ce soit un avion de chasse intersidéral. J’étais vachement déçu”. Daniel Riolo et Jérôme Rothen ont choqué jeudi avec leurs propos tenus sur Najila Trindade, la jeune femme qui accuse le footballeur Neymar de viol, à l’antenne de RMC Sport. Lundi, les chroniqueurs de “Touche pas à mon poste” sont revenus sur cette affaire. Géraldine Maillet, la compagne de Daniel Riolo, a reconnu le caractère “déplacé” de ces remarques. “C’était totalement raté, déplacé, beauf. Je lui ai envoyé un texto pendant l’émission, en lui disant que ce n’était pas drôle”, a-t-elle expliqué. 

La chroniqueuse a toutefois tenu à défendre son compagnon. “Deux heures d’émission tous les soirs depuis 12 ans avec ce côté ‘café du commerce’, ce n’est pas toujours évident”, a-t-elle d’abord déclaré avant d’ajouter: “La blague, même si elle n’est pas bonne et très, très gênante, est totalement décorrélée de l’histoire du viol”.

“Ce n’est pas illégal de se moquer du physique d’une femme”

Géraldine Maillet s’est d’ailleurs dite “choquée” par la suspension du journaliste: “Je pense que ce n’est pas illégal de se moquer du physique d’une femme (...) Que ce soit beauf, que ce soit grivois, que ce soit café du commerce, que ce soit un truc entre Coluche et Jean Yanne: absolument. Je lui ai dit. Il n’y a pas de problème. Mais de là à le suspendre de l’antenne, je trouve que c’est beaucoup”, a-t-elle conclu.

Riolo s’excuse: “C’était une blague déplacée”

Face aux proportions prises par cette affaire, Daniel Riolo s’est expliqué avec la secrétaire d'État en charge de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, qui avait condamné ses propos sur Twitter. “Que ce soit clair, ce que j’ai dit (...) était complètement déconnecté du viol présumé, je ne faisais évidemment pas du tout référence à ça, aucun sous-entendu là-dessus”, a assuré Daniel Riolo dans l’”After Sport” sur RMC, avant d’évoquer une simple “blague déplacée”.

Marlène Schiappa a quant à elle tenu à défendre les intérêts des auditeurs qui ont pu être blessés par ses propos. Selon elle, ces commentaires “contribuent à la culture du viol, un concept qui relève de tout ce qui tend à minimiser, excuser, plaisanter voire promouvoir une forme (...) de légèreté autour des agressions sexuelles”.

“Je pense à toutes les femmes (...) qui ont entendu ces propos et qui se disent: ‘Ben mince, si moi aussi si je porte plainte pour dénoncer le viol ou l’agression sexuelle que j’ai subi, peut-être qu’on va me dire, dans mon entreprise, dans ma fac, dans mon quartier, que c’est pas possible, tu n’as pas pu être violée, car trop vieille, trop moche, trop grosse, on va se moquer de moi, que je n’ai pas eu le bon comportement, etc.’ Et moi, en tant que responsable de politique publique, je fais en sorte que les femmes puissent aller porter plainte […] et je suis très sensible à tous les messages qui peuvent être envoyés”.