"J'ai cru que Loana était morte!"

Plein écran

Delphine Goupy, la meilleure amie de Loana, qui a découvert l'ex-star de télé-réalité gisant dans sa salle de bains, s'est confiée au magazine Paris Match.

Selon elle, rien n'explique que la jeune femme ait pu être agressée, c'est l'incompréhension totale face au drame dont a été victime son amie. Quant à Loana, elle dit ne se souvenir d'aucune agression, selon la police judiciaire.

C'est la mère de Loana, Violette, qui a alerté Delphine Goupy, inquiète de n'avoir aucune nouvelle de sa fille, alors que mère et fille s'apprêtaient à prendre des vacances en Egypte. "Après l'avoir appelée, en vain, sur ses deux téléphones, dont l'un sonnait dans le vide et l'autre était sur messagerie, j'ai décidé de me rendre chez elle, mercredi vers 17h30. Nous sommes deux amies inséparables et j'avais les clés de son appartement", raconte Delphine.

Désordre hallucinant
Il est à peu près 18h lorsqu'elle arrive rue Chaillot dans le XVIe arrondissement. "Je suis montée jusqu'à son appartement, j'ai poussé la porte qui n'était pas fermée et là, j'ai eu soudain un gros coup de 'flip': Loana est une maniaque de la propreté et j'ai découvert un désordre hallucinant! J'ai pensé aussitôt: Il y a eu un cambriolage, ça s'est mal passé, et elle est morte. J'ai couru dans l'appartement. Je l'ai découverte allongée par terre dans la salle de bains, à côté de la baignoire, griffée, le visage tuméfié et le nez en sang".

Heureusement, Loana respire encore et parvient même à murmurer à son amie: "C'est toi Delphine, tu m'entends?" Delphine appelle aussitôt les pompiers et Loana est transportée à l'hôpital militaire de Clamart, où elle se trouve toujours pour une durée indéterminée.

Bien dans sa tête
Delphine Goupy est convaincue que Loana a été victime d'une agression, même si elle ne se l'explique pas. "Loana était bien dans sa tête, elle aime la vie, elle a le coeur sur la main, elle m'a toujours soutenue, m'a soignée quand j'allais mal. Elle est protectrice, maternelle. Rien à voir avec une icône déchue comme certains l'imaginent", martèle la jeune femme d'après qui Loana ne se sentait absolument pas menacée.

"Si j'avais senti une quelconque menace, je l'aurais aussitôt emmenée chez moi ou j'aurais dormi chez elle. Elle ne pouvait pas me cacher non plus une part de sa vie, j'étais trop présente. Si j'avais senti qu'elle mettait sa vie en danger, je serais intervenue depuis longtemps. Elle ne me cachait absolument rien", explique Delphine qui se dit terriblement inquiète pour la sécurité de Loana. (vt)