Kelly Osbourne: “J’étais persuadée que je n’arriverais à rien sans drogue, ni alcool”

La fille du chanteur de Black Sabbath s’apprête à célébrer ses deux ans de sobriété.

Plein écran
La chanteuse britannique Kelly Osbourne © EPA

À 34 ans, Kelly Osbourne prend du recul par rapport à ses années de débauche et sa consommation élevée d’alcool et de psychotropes. Elle admet à présent que le fait d’avoir arrêté tout cela avait été une véritable révolution dans sa vie. Depuis deux ans, elle fuit l’industrie de la musique “pour éviter les tentations inévitables, quand on est une célébrité”. 

Un passage difficile

Dire non à la drogue n’a pas été une chose facile, raconte Kelly Osbourne. Son corps a eu beaucoup de difficultés à s’adapter à ce nouveau mode de vie sain, après des années de mauvais traitements. 

“Avant, je pensais que j’étais incapable de faire quoi que ce soit si je n’étais pas saoule ou droguée, car j’avais peur de tout”, avoue-t-elle. “J’ai laissé les addictions prendre le dessus sur moi”.

“Une vie meilleure”

Elle poursuit: “Maintenant, je peux dire que ma vie est meilleure sans tout cela. Je ne traverse plus de crises. Je sais que je ne suis pas parfaite et que je ne le serai jamais. Je ne veux pas le devenir, d’ailleurs”.

Elle s’engage auprès de la communauté LGBT

La jeune femme se dit ravie de travailler sur des nouveaux projets, comme l’organisation des prix LGBT, en Angleterre. “Je me sens bien avec la communauté LGBT. Ils m’acceptent telle que je suis, avec tous mes défauts et toutes mes qualités. J’ai appris beaucoup auprès des drag queens. C’est un honneur pour moi d’avoir été choisie pour exercer cette mission”.

La famille Osbourne

Kelly Osbourne est célèbre grâce à son père. Elle a été révélée au public en participant à l’émission de télé-réalité, “The Osbournes”, dans laquelle elle apparaissait avec son frère, Jack. Elle est aujourd’hui chanteuse et styliste. Elle reste très proche de son père et s’ils vivent tous aux États-Unis, elle considère encore l’Angleterre comme sa mère patrie. 

Plein écran
Jack Osbourne, Sharon Osbourne et Kelly Osbourne, 2015. © (Credit too long, see caption)