Plein écran
© AP

Kim Kardashian à la Maison Blanche pour un programme de réinsertion des prisonniers

La star a annoncé la création d'un programme de support aux anciens prisonniers.

Ce jeudi, Kim Kardashian était invitée à s’exprimer sur le sort des prisonniers à la Maison Blanche. La star souhaite notamment les soutenir à trouver un emploi et à rester sur la bonne voie une fois leur peine purgée. Devant le président des États-Unis, des secrétaires de cabinets, et des militants, elle a ainsi annoncé la création d’un système de covoiturage devant permettre aux anciens prisonniers de se rendre à des entretiens d’embauche, au travail ou encore à des événements familiaux. 

“Tout le monde souhaite que sa communauté soit en sécurité, et plus nous offrons aux anciens prisonniers des opportunités et du soutien, plus le monde sera en sécurité”, a-t-elle déclaré. 

“Ces personnes veulent travailler. Elles veulent la meilleure issue. Et je suis tellement heureuse d’être là aujourd’hui, entourées de personnes qui veulent la même chose, qui croient vraiment au fait de soutenir leur réinsertion (...) C’est tellement important et nécessaire”.

Ce n’est pas la première fois que Kim Kardashian se rend à la Maison Blanche pour discuter de la réforme de la justice pénale. Elle était également parvenue à faire pression sur Donald Trump pour libérer Alice Marie Johnson, une ancienne détenue qui purgeait une peine d’emprisonnement à perpétuité pour des infractions liées à la drogue.

Suite à l’adoption du “First Step Act”, les responsables de la Maison Blanche œuvrent actuellement pour que les prisonniers libérés puissent disposer d’outils et d’emplois pour s’adapter avec succès à leur nouvelle vie en dehors de la prison. Cette loi comprend des mesures visant à réduire les peines de milliers de prisonniers et à développer les programmes de formation professionnelle afin de réduire les taux de récidive. Selon un rapport publié récemment par la Commission américaine des peines, cette loi a permis de réduire la peine de plus de 1.000 détenus sous responsabilité fédérale.

Plein écran
© EPA
Plein écran
© REUTERS