Plein écran
© AFP

L’Australie renonce aux poursuites contre Hugo Clément

Arrêté ce lundi 22 juillet alors qu’il tournait un documentaire, le journaliste ne sera finalement pas poursuivi par la justice australienne. 

Hugo Clément est à la tête d’une nouvelle émission, “Sur le front”, diffusée sur France 2, où il aborde les catastrophes écologiques. Pour un numéro, le journaliste a souhaité mettre en lumière le projet Carmichael, une mine de charbon très polluante située près de la Grande barrière de corail en Australie. Ce lundi, lui et les sept membres de son équipe ont été arrêtés par la police australienne et ont été inculpés pour intrusion sur une voie ferrée alors qu’ils étaient en train de filmer une manifestation locale. 

Hugo Clément avait alors dénoncé son arrestation selon lui totalement arbitraire en partageant plusieurs photos sur les réseaux sociaux. “On a été emmené en camion avec mon équipe au commissariat, où on a passé huit heures en cellule, avec un banc et des toilettes scellées ». On a été relâchés à 14 heures, heure locale. C’est ma première garde à vue alors que j’ai enquêté dans des pays beaucoup moins démocratiques que l’Australie, où le droit de la presse est censé être fondamental. […] C’est hallucinant. C’est une façon de nous intimider. Ils ne veulent pas que la presse internationale s’intéresse à ce sujet, qu’on vienne fouiller. Mais on continuera de faire notre travail”, avait-il indiqué en légende des clichés. 

Heureusement, une bonne nouvelle est tombée ce jeudi, car le journaliste, futur papa, a indiqué sur son compte Instagram que “la police du Queensland a décidé d’abandonner les charges (injustes)”. Il n’aura donc pas à se rendre à son procès initialement prévu en septembre prochain en Australie. Il a également tenu à remercier les nombreuses personnes qui lui ont apporté leur soutien ces derniers jours. Le futur papa va donc pouvoir se concentrer en toute tranquillité sur la naissance prochaine de son premier enfant.