Plein écran
© AFP

La chanteuse Duffy révèle avoir été droguée, violée et séquestrée

La chanteuse Duffy a déclaré dans un post Instagram mardi qu’elle avait été “violée et droguée et retenue en captivité pendant quelques jours”. Elle n’a pas précisé quand cela s’était produit, mais a déclaré que cette épreuve avait été la raison de l’interruption de sa carrière musicale, en 2011.

“Beaucoup d’entre vous se demandent ce qui m’est arrivé, où j’ai disparu et pourquoi”, a-t-elle écrit. “La vérité - et croyez-moi, je vais bien et je suis en sécurité maintenant - c’est que j’ai été violée, droguée et retenue en captivité pendant quelques jours. Bien sûr, j’ai survécu. La guérison a pris du temps”.

Duffy est surtout connue pour son premier album “Rockferry”, sorti en 2008, sur lequel figurait son célèbre titre “Mercy”. L’album a été certifié platine et s’est vendu à des millions d’exemplaires dans le monde entier. Son album suivant, “Hopelessly”, sorti en 2010, avait connu moins de succès. Elle n’a pas sorti de nouvel album depuis, mais a joué dans quelques films. Sa publication sur Instagram ce mardi était la première depuis 2017.

(lire la suite sous la photo)

“Vous vous demandez pourquoi je n’ai pas utilisé ma voix pour exprimer ma douleur? Parce que je ne voulais pas montrer au monde la tristesse dans mes yeux. Je me suis demandé comment je pouvais chanter avec mon cœur s’il était brisé”, a-t-elle poursuivi.

Après des années de silence, Duffy a finalement accepté de raconter son histoire à un journaliste qui l’a contactée l'été dernier. “Il a trouvé un moyen de me joindre et je lui ai tout raconté l’été dernier. Il a été gentil et c’était tellement incroyable de pouvoir enfin parler”. 

La chanteuse a ensuite remercié ses fans pour leur “appréciation sincère” et leur “gentillesse au fil des ans”. “Vous avez été des amis pour moi. Je tiens à vous remercier pour ça”. Elle leur a ensuite demandé de lui poser toutes les questions qu'ils souhaitent sur son histoire afin qu’elle y réponde dans une interview qui sera publiée “dans les prochaines semaines”. 

Plein écran
© REUTERS